Grenoble
GLD investit 11 millions d'euros dans son sixième site
Grenoble # Logistique # Investissement

GLD investit 11 millions d'euros dans son sixième site

S'abonner

Grenoble Logistique Distribution (GLD) a posé la pierre de son sixième bâtiment au sein du bassin grenoblois, à Villard-Bonnot.

— Photo : Le Journal des Entreprises

Créé en 1989 à Champ-sur-Drac, Grenoble Logistique Distribution (GLD) n'en finit pas de grossir. Avec 150 salariés, six sites de stockage et quatre filiales, le spécialiste régional de l'emballage, du transport et de la logistique vient de consacrer une enveloppe de 11 millions d'euros à son expansion. L'objectif ? Construire un sixième bâtiment sur la zone d'activités Grande Ile de Villard-Bonnot. Une opération qui lui permettra d'ajouter 24.000 m² à un site existant de 36.000 m², pour une livraison prévue fin 2017. « Nous sommes le plus gros opérateur au niveau local, de par le nombre de nos implantations et notre surface de 180.000 m²», affiche son président fondateur, Patrick Goffi. En 2015, GLD avait déjà investi 15M? dans une extension de 36.000 m².

« Nous investissons de manière régulière sur notre matériel (montant : NC), avec une flotte de véhicules que l'on souhaite de dernière génération», complète Pascal Dominois, directeur des opérations de GLD. Ce nouveau bâtiment devrait lui permettre de démarcher de nouveaux clients. Alors que le groupe affiche un résultat net supérieur à 2 millions d'euros, ce projet a été financé par des prêts bancaires et soutenu par la Banque Populaire et la Bpifrance. « Même si nous avons de la trésorerie, les taux bancaires sont très intéressants en ce moment », affirme son dirigeant. Sans compter que la société se trouve déjà à la tête d'un parc immobilier de 190.000 m², d'une valeur confortable de près de 60 millions d'euros ! « Nous avons commencé par mettre des mètres carrés à disposition de nos clients, avec des services tels que le stockage, la gestion, l'administration des ventes, le copacking, la logistique », se souvient Patrick Goffi.

Des positions à prendre

Trois acquisitions ont conforté ces positions : le rachat de la société ERA, spécialiste dans la caisserie et l'emballage industriel et de la société Travel Europe en 2010, ainsi que celui des Transports Thomas en 2011. Si le transport représente près de 20% du chiffre d'affaires de GLD, suivi de l'activité emballages industriels (10%), c'est la logistique (70%), qui tire encore les résultats du groupe. En 2018, Patrick Goffi prévoit d'atteindre un chiffre d'affaires de 19 millions d'euros, contre 17 millions en 2016. « Nous étions encore à 15 millions d'euros en 2014 », souligne-t-il. Ses clients ? À la fois des grands noms de l'alimentaire, des industriels (Schneider Electric), du nucléaire (Rolls Royce) et du médical (Beckton Dickinson). Pour parvenir à cet objectif, le groupe prévoit d'embaucher cinquante personnes sur ses trois métiers d'ici 2019. Avec, pour 80% des profils, des manutentionnaires et préparateurs de commandes. « Nous formons le personnel en interne car nos métiers exigent une dextérité qui s'acquiert avec l'expérience. Une première vague de dix personnes, recrutées l'an dernier, va bientôt être opérationnelle », annonce Patrick Goffi.

En recherche de terrains

Compte-tenu de son développement ainsi que des difficultés de circulation présentes sur le secteur, GLD cherche aussi à acquérir régulièrement de nouveaux terrains sur l'Y grenoblois. Mais le groupe peinerait à trouver des surfaces disponibles... « Les activités logistiques sont gourmandes en foncier et pas forcément très bien accueillies par les communes », glisse le dirigeant, qui rappelle qu'il s'agit pourtant d'un secteur porteur. « Les entreprises ont besoin de remettre leur modèle économique en cause pour être performantes et la logistique fait partie des solutions » assure-t-il. Le secteur de l'e-commerce, en croissance de 10% chaque année, doperait aussi le marché. D'après les chiffres de la FEVAD (Fédération e-commerce et vente à distance), le marché du e-commerce pourrait même dépasser les 70 milliards d'euros en 2016, « dont 40 milliards auraient un impact direct sur l'immobilier logistique en engendrant des mouvements de marchandises ».

Grenoble # Logistique # Investissement