Dunkerque
Eolien offshore : Dunkerque et Boulogne, villes candidates
Dunkerque

Eolien offshore : Dunkerque et Boulogne, villes candidates

S'abonner
PROJET Dunkerque et Boulogne-sur-Mer pourraient se positionner sur le 3e appel d'offres national en vue de l'implantation d'un champ éolien posé en mer.
— Photo : Le Journal des Entreprises

Et si le prochain champ éolien offshore voyait le jour au large de la Côte d'Opale ? Avec le projet national Windustry, les ports de Dunkerque et Boulogne-sur-Mer se tournent vers le marché de l'éolien posé en mer. Toute une dynamique territoriale régionale s'instaure.




Cluster de l'éolien en région

« On se tourne beaucoup vers la Normandie ou la Bretagne pour ce genre de projets, mais notre territoire a aussi de beaux atouts en mer du Nord et dans la Manche. Le cluster Windustry voit dans l'implantation d'éoliennes offshore au large du littoral de belles perspectives pour l'industrie du territoire mais aussi un enjeu de diversification pour les PME », explique Daniel Grondin, ingénieur de projets au sein de Dunkerque Promotion et pilote de Windustry Nord - Pas-de-Calais.




Créateur de richesses

Ce cluster regroupe un réseau de 82 entreprises, représentant plus de 10.000 emplois, qui espèrent des retombées économiques. Parmi elles des noms comme Entrepose CMP dont l'arrivée sur le port de Dunkerque est conditionnée par des contrats à obtenir dans l'implantation d'un champ éolien. Mais aussi Nibs (Haisnes), spécialisée dans la défense de quai et d'accostage, Pronal (Roubaix), qui conçoit et fabrique des structures flexibles, GTS Industries (Grande-Synthe), sidérurgiste filiale du groupe allemand Dillinger Hütte, le chaudronnier Socarenam (Boulogne-sur-Mer) ou encore Musthane (Willems), spécialisée dans les structures souples à base de textiles techniques.






Plus de 1.000 emplois

« La zone éolienne pourrait offrir 150 opportunités d'emploi que ce soit dans le domaine des bateaux armés, de la gestion des stocks, de l'exploitation de la zone ou encore de la maintenance du champ éolien. Il faut compter 20 à 25 ans de fonctionnement sur un champ. Il y aura aussi toute une partie en amont sur la fabrication des pièces et la logistique », indique-t-on à l'agence Dunkerque Promotion. « En matière de potentiel industriel, Entrepose CMP mentionne 174 emplois à créer dans la fabrication des mâts. C'est 48 M€ d'investissements pour ce seul site avec un accord industriel en cours de signature avec Areva. » Entrepose Contracting doit prendre sa décision fin 2014 avant implantation début 2015 et démarrage de l'activité en 2016. « En tout, il y a un minimum de 1.000 emplois concernés dans la région », confirme Daniel Grondin.






3e appel d'offres

« L'État a connaissance de notre candidature. Il nous reste maintenant à rassurer sur le risque maritime : le détroit du Pas-de-Calais est quand même traversé par 360 bateaux par jour », ajoute Daniel Grondin. Les villes candidates espèrent qu'un nouvel appel d'offres intègre les zones de Berck et de Dunkerque. « Il peut y avoir plusieurs zones d'éoliennes posées en mer. C'est un marché : plus il y a de CA, plus il y a de business », précise le pilote du projet Windustry Nord - Pas-de-Calais qui s'attend à des nouvelles d'ici à début 2015.




Calais hors course ?

À mi-chemin entre Boulogne-sur-Mer et Dunkerque, la ville de Calais « n'a pas manifesté de signaux d'intérêt ou de concertation politique locale sur ce dossier. Peut-être que cette position s'explique par la grande densité du trafic ferry en mer de Calais », avoue Daniel Grondin. Le pilote régional a vraisemblablement déjà des raisons de se réjouir sur ce dossier. « L'édition 2014 du colloque national éolien du Syndicat des énergies renouvelables se tiendra, le 7 octobre, à Lille. Ce n'est pas anodin s'il se déplace ici à cette occasion... »

Dunkerque