Dunkerque
Avec Thermo-Est, Looten Industries passe le cap d’ETI
Dunkerque # Distribution # Fusion-acquisition

Avec Thermo-Est, Looten Industries passe le cap d’ETI

S'abonner

Le distributeur de fournitures industrielles reprend le fabricant mosellan de sondes de température Thermo-Est. Un virage vers la fabrication qui succède à une décennie de croissances externes. L’opération signe pour Looten Industries le passage du cap d’ETI dans un contexte de réindustrialisation du bassin dunkerquois.

Aurélien Humbert, DG, et Eric Mériau, président de Looten Industries, dans l’entrepôt au siège de Grande-Synthe près de Dunkerque — Photo : Julie Dumez

Chez les industriels dunkerquois, eux-mêmes en plein renouveau, c’est une référence. Looten Industries (330 salariés, 70 millions d’euros de chiffre d’affaires), distributeur de fournitures industrielles depuis près de deux siècles dans ce bassin industrialo-portuaire, poursuit sa croissance. En mars dernier, il s’est adjugé à la barre du tribunal de commerce, Thermo-Est, situé à Hauconcourt près de Metz (57). Avec cette opération, le Nordiste, spécialisé dans la distribution d’outillage, petit matériel et consommables, ajoute une nouvelle corde à son arc. Il devient fabricant de sondes de températures de très haute technicité, notamment pour les secteurs du nucléaire et de l’aéronautique. L’occasion en passant de s’ouvrir les portes de références de renom, comme Framatome et Safran.

Thermo-Est racheté en 2023, UMHS en 2022

Présent dans tout le quart nord-est de l’Hexagone, Looten Industries reprend ainsi un effectif de 59 salariés réalisant 6 millions d’euros de chiffre d’affaires. "Nous souhaitions nous différencier grâce à un savoir-faire spécifique", détaille Eric Mériau, président de Looten. En 2022, son groupe grandissait cette fois à la faveur du rachat de UMHS (95 salariés pour 20 millions d’euros de CA), et de ses 5 points de vente au sud de Paris (Melun, à Roissy-en-Brie, à Provins, à Brie-Comte Robert et à Corbeil-Essonnes). Un magasin Weldom à Courtenay (45), premier pas dans le B to C, complétait en outre cette acquisition.

"À cette occasion nous avons quasiment doublé de taille", analyse Aurélien Humbert, DG et associé depuis 2013, qui porte désormais un chantier de consolidation de l’ensemble des filiales de Looten. Au programme : "intégration, harmonisation des process qualité et normalisation des structures", détaille Eric Mériau. L’entreprise vient de rejoindre le groupement de distributeurs indépendants Eqip après avoir quitté Socoda.

Logistique et nouveaux services

Et le duo dirigeant se projette toujours vers de nouveaux services. Il vient de réaliser un investissement d’1,5 million d’euros pour l’automatisation de son site logistique de Dunkerque. En lieu et place d’un stockage traditionnel sur 4 000 m², ce nouvel outil stocke à ce jour 10 000 références sur 500 m² et 15 étages. Sans compter le double de capacité encore disponible. "L’installation d’un autostore révolutionne notre organisation, la fiabilise et améliore les conditions de travail de nos salariés", se réjouit le président. Pour accompagner la croissance de son groupe, il envisage en outre l’ouverture, d’ici la fin d’année, d’un nouveau centre logistique au nord de Paris. Dans le même temps, son magasin de Corbeil-Essonnes, incendié lors des émeutes de juillet dernier, devrait pouvoir rouvrir après sa remise en état. Et un nouveau service se profile dans le Nord : un centre de SAV et de location de matériels (principalement des postes à souder et robotique) est prévu à Lille début 2024. Manière de répondre de façon centralisée aux demandes de réparation pour l’ensemble de ses clients.

Dunkerque # Distribution # Industrie # Fusion-acquisition # ETI # Investissement immobilier