Mulhouse

Luxe

Les montres haut de gamme d'Apose passent au 100 % français

Par Lucie Dupin, le 16 mai 2022

La jeune marque mulhousienne Apose s'est lancée en faisant le pari de l’horlogerie française : elle source ses composants dans l'Hexagone et fabrique ses montres haut de gamme dans l'Est. Le tout en partenariat avec de prestigieuses maisons françaises de l’industrie du luxe.

Didier Finck et Ludovic Zussa ont cofondé la marque de montres de luxe Apose en 2020.
Didier Finck et Ludovic Zussa ont cofondé la marque de montres de luxe Apose en 2020. — Photo : Apose

C’est une jeune marque mulhousienne encore confidentielle qui pourrait bien se tailler une place de choix sur le créneau du fabriqué en France. Apose (chiffre d'affaires prévisionnel 2022 : 1,93 M€) conçoit et fabrique des montres haut de gamme et revendique un positionnement unique sur ce segment, avec une série limitée 100 % made in France avec des matériaux tricolores. L’entreprise a été fondée en fin d’année 2020 par deux entrepreneurs mulhousiens, le designer Didier Finck et l’ingénieur physicien Ludovic Zussa. Ils se sont rencontrés lors d’une collaboration professionnelle pour l’horloger suisse Swatch. "Nous voulons créer une entreprise pérenne avec des emplois dans la région. Nous internalisons les parties stratégiques comme l’assemblage, le prototypage et le service après-vente", explique Didier Zinck. Apose travaille depuis juillet 2021 avec un horloger indépendant qui sera embauché par l’entreprise en septembre.

Partenariats prestigieux

Pour sa première année d’exploitation en 2021, la marque a lancé sa série inaugurale. La montre, présentée "comme à 80 % française", a été conçue avec une dizaine de fabricants partenaires, dont deux à l’étranger, en Suisse pour le mouvement et en Italie pour le bracelet. "En 2021, 300 montres ont été vendues (entre 1 550 et 1 850 euros, NDLR) et nous avons axé une grande partie de l’année à créer un pool de partenaires pour développer, fabriquer et fiabiliser le produit, en majorité entre Morteau et Besançon, la capitale de l’horlogerie française", souligne Ludovic Zussa.

Et cette année a payé puisque la marque vient de lancer une série limitée 100 % française grâce à deux partenariats prestigieux. Apose, qui projette de vendre 200 exemplaires de cette série limitée (2 550 euros), a en effet convaincu le maroquinier français Longchamp de lui fournir ses chutes de cuir pour fabriquer les bracelets. Pour le mouvement de la montre, jusque-là venant de Suisse, Apose fait désormais partie de la sélection de clients de la maison française Pequignet.

Vente directe

"Cela fait longtemps que les puristes attendaient une montre entièrement française", estime le jeune entrepreneur, dont les produits s’adressent à une clientèle de chefs d’entreprise et de jeunes cadres. Apose lancera une nouvelle série fin 2022 ainsi qu'une autre fin 2023 "en utilisant la céramique ou un matériau innovant pas encore utilisé en horlogerie", projette Ludovic Zussa, qui évalue le chiffre d’affaires à huit millions d’euros en 2024 avec 4 000 montres vendues.

Pour fidéliser la clientèle, les cofondateurs d’Apose ont même imaginé une montre pour adolescent à 1 000 euros qui pourra faire l’objet d’un bon de reprise une fois l’ado devenu adulte et voulant acheter un autre modèle. La marque vend aujourd'hui ses montres en B to C sur internet et à travers des salons internationaux. "Nous avons peu d’intermédiaires pour réduire les coûts. Chez des revendeurs, le produit serait proposé à 5 000 euros", détaillent les deux entrepreneurs, qui envisagent tout de même l'ouverture d'un showroom à Paris d’ici la fin d’année. En attendant, Apose veut boucler d’ici l’été une levée de fonds d’un million d’euros, notamment pour développer la notoriété et le stock.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition