Grand Est

Banque

Caisse d'Epargne : deux tiers des départs non remplacés dans le Grand Est d'ici 2022

Par Lucie Dupin, le 24 janvier 2019

La Caisse d'Epargne Grand Est Europe prépare un plan 2019-2022 pour adapter ses métiers à son environnement. Un volet concerne le non-remplacement des deux tiers des départs naturels, soit 550 équivalents temps plein.  

La Caisse d'Epargne Grand Est Europe prépare un plan stratégique 2019-2022.
La Caisse d'Epargne Grand Est Europe prépare un plan stratégique 2019-2022. — Photo : © Lucie Dupin

La Caisse d’Epargne Grand Est Europe, née de la fusion en juin 2018 des Caisses d’Epargne Alsace et Lorraine-Champagne-Ardenne, prépare un plan 2019-2022 avec plusieurs volets pour adapter ses métiers à l’environnement bancaire et aux besoins de ses clients.

Discuté depuis quelques mois avec les partenaires sociaux, ce plan devrait se déployer au printemps. La direction précise « que la Caisse d’Epargne est une banque ancienne et solide avec un ratio de solvabilité de 20 %. Aucun poste ne sera supprimé mais un remplacement partiel sera effectué, à hauteur d’un tiers des départs naturels ». 550 ETP sont concernés par les non-remplacements.

La Caisse d’Epargne Grand Est compte actuellement 3000 salariés, 436 000 sociétaires et 2,6 milliards de fonds propres. Siégeant à Strasbourg, l’établissement projette de construire son nouveau siège dans le quartier d’affaires international. La Caisse d’Epargne Grand Est Europe dispose également de sites administratifs à Nancy, Reims et Metz.

La Caisse d'Epargne Grand Est Europe prépare un plan stratégique 2019-2022.
La Caisse d'Epargne Grand Est Europe prépare un plan stratégique 2019-2022. — Photo : © Lucie Dupin

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture