Haute-Garonne

BTP

Teqtrack transforme la gestion des matériels BTP

Par Fleur Olagnier, le 10 décembre 2019

La start-up Teqtrack créée en janvier développe une technologie qui permet d'optimiser l'utilisation des machines et engins de chantier, tout en faisant fonction d'antivol. Un service basé sur des capteurs bas débit d'une autonomie record de cinq ans.

Denis Constanty et Laura Souchko, cofondateurs de Teqtrack.
Denis Constanty et Laura Souchko, cofondateurs de Teqtrack. — Photo : Teqtrack

Le créateur

Pendant 20 ans dans le BTP, Denis Constanty a été confronté à la gestion des parcs de matériels. D’abord, le temps d’utilisation de chaque machine est inscrit à la main chaque jour par chaque ouvrier, ce qui est source d’erreurs et rend complexe le calcul précis du coût d’un chantier. Ensuite, il est difficile de savoir où se trouve un engin à chaque instant, ce qui reste un obstacle à l’optimisation de son temps d’usage. « C’est en découvrant l’IoT et notamment le réseau bas débit Sigfox, explique Laura Souchko, cofondatrice et directrice des opérations, que Denis a eu l’idée de connecter les engins de chantier. Pour cela, il a créé Teqtrack en janvier 2019 à l’IoT Valley de Labège ».

Le concept

La start-up qui compte sept collaborateurs développe des capteurs et leur logiciel embarqué, à placer sur chaque engin de chantier. « La technologie permet de remonter, en temps réel, la position des matériels, de la pelleteuse au marteau-piqueur, ainsi que leur utilisation », présente Laura Souchko. Le chef de chantier peut alors calculer au jour le jour le coût de ses chantiers, et gérer son parc matériel plus facilement, notamment par des affectations automatiques de machines.

De plus, la géolocalisation fait aussi fonction d’antivol. « Les détournements de machines par les ouvriers pour usage personnel sont fréquents, mais cela est rendu impossible par la géolocalisation », affirme la directrice des opérations. En outre, les capteurs de Teqtrack utilisent le réseau bas débit et basse consommation de Sigfox, ce qui leur garantit une autonomie record de cinq ans. Une caractéristique fondamentale qui facilite grandement l’utilisation de la technologie pour les acteurs du BTP.

Les perspectives

Aujourd’hui, la concurrence de Teqtrack se résume à ShareMat - connexion des engins de chantiers pour la location interentreprises - et Ocean (société d’Orange Business Services), une solution de gestion de flottes de véhicules axée sur les voitures. Plusieurs technologies GPS permettent également la géolocalisation des matériels, mais pas le monitoring de leurs temps d’usage.

Teqtrack possède déjà cinq clients, dont le Toulousain Giesper. Elle cible dans un premier temps les PME de 10 à 50 salariés. À noter que la solution revient entre 10 € et 13 € par mois par machine connectée. La start-up, qui ne souhaite pas communiquer sur ses objectifs de chiffre d’affaires, vise les 1 000 capteurs déployés - contre 300 aujourd’hui - au deuxième semestre 2020 et 25 collaborateurs en 2021.

Denis Constanty et Laura Souchko, cofondateurs de Teqtrack.
Denis Constanty et Laura Souchko, cofondateurs de Teqtrack. — Photo : Teqtrack

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail