Adonis : Le groupe d'enseignement privé complète sa gamme

Par Aline Gandy, le 07 septembre 2012

Né à Toulouse, le groupe d'établissements d'enseignement supérieur privés Adonis poursuit son développement géographique en même temps qu'il complète son offre de formation et de services aux étudiants.
Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Voir la route de Muret se transformer en un vaste quartier de l'enseignement, Samuel Cette en rêve. «Nous avons déjà un mur en commun avec l'IUFM. Un peu plus loin, il y a le lycée Déodat de Séverac. C'est un quartier en devenir, avec le tramway qui arrive bientôt et du foncier disponible, à un coût encore abordable.» Autant de raisons qui ont décidé le dirigeant du groupe Adonis à regrouper ici l'an dernier, sur 1.450m², ses instituts de formation d'Esquirol et Portet-sur-Garonne et à signer très récemment un sous-seing privé. En association avec un jeune promoteur toulousain, Adonis est en effet en train de construire une résidence de 35studios, destinés à des étudiants du groupe. Un investissement de «plusieurs millions d'euros» que Samuel Cette justifie par la volonté du groupe de répondre à une demande croissante des familles pour «une prise en charge globale». «Depuis l'an dernier, nous proposons déjà une nouvelle prestation complémentaire à la formation , en partenariat avec Vitame (réseau toulousain de services à domicile et de portage de repas, ndlr): les étudiants qui le souhaitent peuvent se faire livrer leur repas à l'institut, après l'avoir commandé en ligne sur un espace interactif, pour un prix variant de trois à cinq euros, qui tient compte d'une subvention versée par notre groupe.» En test depuis un an, ce service devrait être généralisé à la rentrée sur Toulouse puis progressivement sur les autres établissements du groupe.

Une approche transversalede la formation
Mais, à trop se diversifier, Adonis ne risque-t-il pas de s'éloigner de son coeur de métier- la formation- et de fragiliser sa situation financière ? «Pour moi, ce ne sont pas des métiers différents mais complémentaires, dès lors qu'on a une approche transversale de la formation. Et puis, nous faisons ça suivant une même méthode depuis les débuts d'Adonis : progressivement, au rythme auquel nos finances nous le permettent !» De fait, la société, créée en 2003 par Samuel Cette et sa compagne Loëtitia Boeche, a grandi petit à petit, jusqu'à atteindre sa taille actuelle. Après Toulouse, elle s'est implantée en propre à Bordeaux en 2004, à Lyon en 2005, à Montpellier en 2006, à Lille en 2007 et à Paris en 2008, via une succursale. D'autres structures pourraient ouvrir leurs portes en septembre 2013 à Aix-en-Provence et dans l'ouest de la France. En parallèle de son développement géographique, Adonis a élargi son offre de formation. Au départ spécialisée dans la préparation au concours de professeur des écoles, elle s'est ouverte à des concours paramédicaux, sanitaires et sociaux et des diplômes d'enseignement supérieur dans ces mêmes branches, que plus de 2.500 étudiants préparent au sein des instituts Adonis ou à distance. À la rentrée, elle lancera à Montpellier, sous la marque Rose Carmin, une école spécialisée dans l'esthétique et la cosmétique, qu'elle espère décliner à Bordeaux et Lille dans deux ans. Fin 2003, elle avait également créé sa propre maison d'édition de supports de cours, baptisée Lalib.fr, dont le catalogue compte aujourd'hui 53ouvrages faisant l'objet d'un dépôt légal à la BNF.

Le prix de l'autonomie
«De par notre statut d'établissement privé hors contrat, nous finançons tout nous-mêmes: nos locaux dont nous sommes propriétaires, notre système d'information développé par notre ingénieur informatique, etc. À l'arrivée, les investissements sont lourds mais c'est le prix à payer pour garder notre autonomie, une certaine réactivité et dispenser des formations que nous estimons de qualité, en mettant les moyens sur l'essentiel: l'encadrement pédagogique.» Et de «tordre ainsi le cou à une vieille idéologie qui voudrait que l'on ait d'un côté les structures de formation publiques et vertueuses et, de l'autre, les scélérats du privé dont le seul but serait de rentrer de l'argent !» Car si Adonis est aujourd'hui un groupe rentable, qui suscite l'intérêt de fonds d'investissement, son dirigeant affirme vouloir continuer de travailler «en famille et sur le long terme».

Groupe Adonis


(Toulouse) Dirigeants : Samuel Cette et Loëtitia Boeche CA 2011 : 3,9M€ 223 intervenants 05 62 20 08 04 www.groupe-adonis.fr

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail