Sophia Antipolis

Immobilier

En ouvrant son quatrième centre d’affaires, Sundesk développe le bureau sur-mesure

Par Olivia Oreggia, le 07 décembre 2023

L’entreprise Sundesk, née en 2017, vient d’ouvrir son quatrième centre d’affaires et de coworking, au sein de la technopole de Sophia Antipolis. S’il a la même patte que les autres dans les services proposés et la décoration très rockn’roll, il a été développé sur-mesure pour une seule et même entreprise, la société du numérique, Atos.

Karim Houry a fondé Sundesk en 2017.
Karim Houry a fondé Sundesk en 2017. — Photo : Sundesk

Sundesk (10 collaborateurs) n’avait pas prévu d’ouvrir un nouveau centre d’affaires et de coworking à Sophia Antipolis mais l’opportunité s’est présentée. Et celui-ci n’est pas tout à fait comme les trois autres déjà implantés au sein de la technopole et à Nice. Il a entièrement été développé pour un seul et même client : le groupe français Atos, leader du numérique. L’entreprise était arrivée au terme de son bail dans ses précédents locaux sophipolitains. "Nous recevons de plus en plus de demandes de ce type, dans toute la France, précise Karim Houry, fondateur et Pdg de Sundesk. C’est une offre qui va se développer. Notre métier et nos process restent les mêmes. Le seul changement est que nous avons vu le client en amont pour pouvoir étudier et respecter son cahier des charges. S’il a besoin de 80 postes de travail assis pour ses ingénieurs, il aura 80 postes de travail assis. La décoration rockn’roll en revanche, nous nous en occupons pour qu’elle reste à notre image."

Clés en main et sur-mesure

Depuis le Covid, on lui a prédit toutes sortes d’avenirs, du plus noir au plus brillant. Fin 2023, le bureau, bien qu’il ait évolué, est donc toujours là. "Nous voyons de plus en plus d’entreprises qui souhaitent faire revenir les gens au bureau mais pas de la même façon qu’avant. Il faut aussi avoir des locaux sympas pour attirer des talents."
Ainsi, les 350 salariés sophipolitains d’Atos ont désormais accès à 1 300 m2 de bureaux au dernier étage du Business Pôle II, dans les locaux laissés vides par Bosch. Ils ont été entièrement rénovés, en moins de quatre mois, pour un montant dépassant les 500 000 euros.

Le groupe Atos occupe désormais les 1 300 m2 d’un centre Sundesk à Sophia Antipolis.
Le groupe Atos occupe désormais les 1 300 m2 d’un centre Sundesk à Sophia Antipolis. - Photo : Sundesk

"Il faut une certaine surface de locaux pour que ce soit intéressant pour nous, comme pour le client. À partir de 80 personnes, tout le monde y trouve son compte." Bureaux fermés, open spaces, cabines individuelles pour s’isoler, espaces de repos, salles de réunion, salle de jeu vidéo ou de repos, fauteuils, canapé, agora avec gradins… chacun peut choisir où travailler et Sundesk s’occupe de tout : des problèmes réglementaires, liés à la sécurité, à l’accès, à l’entretien, internet ou l’approvisionnement de la machine à café. "Tout est inclus et nous nous engageons à ne pas modifier nos prix pendant 36 mois minimum, y compris quand la facture d’énergie explose."

Taux d’occupation de 100 %

Sundesk s’occupe aussi de l’animation avec des cours de sport chaque semaine et 52 événements gratuits par an et par site : des interventions de professionnels (expert-comptable au moment de la déclaration d’impôts…) ou des fêtes pour Noël ou Halloween, des pique-niques ou des Cluedo géants. "Nous agissons un peu comme un CE. Cela fait partie de notre ADN et de notre mission. Cela permet à tout le monde de se connaître, souligne Karim Houry. Un centre rassemble une centaine de personnes en moyenne. Tous nos sites sont pleins, nous n’avons quasiment pas de turn-over. Certains clients sont là depuis le premier jour." Des clients qui sont essentiellement des employés de grands groupes, de Mercedes Benz à ARM, Cisco, American Express ou Babyliss.

Fondé il y a six ans, Sundesk dépassera cette année les 2 millions d’euros de chiffre d’affaires. L’entreprise vise pour 2023 un développement au-delà de la technopole qui l’a vu naître et même au-delà de la région, vers l’ouest et le nord de la France.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition