Haute-Garonne

Aéronautique

Social

Le sous-traitant aéronautique Latécoère supprime un tiers de ses postes en France

Par Paul Falzon, le 25 septembre 2020

Confronté à une baisse de 40 % de son activité, le sous-traitant aéronautique toulousain Latécoère a annoncé la suppression de 475 postes en France. Les implantations du groupe en région toulousaine devraient être conservées.

L'activité de Latécoère a chuté de 40% avec la crise du coronavirus : le sous-traitant n'attend pas de reprise avant 2022.
L'activité de Latécoère a chuté de 40% avec la crise du coronavirus : le sous-traitant n'attend pas de reprise avant 2022. — Photo : Google street view

Après Nexteam et Figeac Aero, une autre ETI de la sous-traitance aéronautique annonce des coupes claires dans ses effectifs : le toulousain Latécoère (5 190 salariés, CA 2019 : 713 M€) projette de supprimer 475 emplois sur les 1 504 que le groupe compte en France. La direction justifie cette mesure, annoncée vendredi 25 septembre, par la baisse de 40 % de l’activité du groupe suite à la crise du coronavirus. "Cette situation devrait se poursuivre l’année prochaine, le retour aux niveaux pré-Covid-19 n’étant pas prévu avant 2025", précise le management de Latécoère, propriété du groupe américain Searchlight depuis décembre 2019.

Fermeture de l’unité Latelec de Labège

Les négociations avec les instances représentatives du personnel vont s’ouvrir le 30 septembre, pour une conclusion attendue au début de l’année 2021. La direction de Latécoère indique avoir mené au préalable un "travail approfondi avec les ministères chargés de l’emploi, de l’industrie et des transports pour utiliser au mieux les dispositifs issus du plan de relance", dont le recours à l’activité partielle de longue durée.

"Ce travail conjoint a permis à Latécoère de sauver plus de 150 emplois et d’éviter des fermetures de sites", indique le sous-traitant, qui devrait ainsi conserver toutes ses implantations en région toulousaine (Montredon, Périole, Colomiers, et Gimont dans le Gers) au prix de plusieurs dizaines de départs à chaque fois. Le plan de transformation industrielle qui accompagne la réduction des effectifs prévoit la spécialisation de ces sites "afin d’en faire des centres d’excellence européens dans des activités porteuses, telles que le spatial ou l’après-vente", précise encore le communiqué de presse du groupe. Seul le site de la filiale Latelec (câblage) à Labège devrait fermer.

Avant la crise, un plan d’économies de 20 M€

Les difficultés de Latécoère ne datent pas de la crise du coronavirus : un mois après la prise de contrôle par Searchlight, la direction anticipait une année 2020 difficile, avec un chiffre d’affaires en baisse de 5 % en raison de la baisse du marché des long-courriers. Le 10 mars, un plan d’économies de 20 millions d’euros était annoncé, juste avant que la directrice générale Yannick Assouad ne soit débarquée au profit de Philip Swash. La mission de ce dernier est claire : permettre à Latécoère "d’atteindre une taille critique" sur ses deux principaux marchés, les aérostructures et les systèmes d’interconnexion. Cette stratégie de croissance externe mobilise 50 millions de dollars pour le seul rachat de l’activité de câblage électrique de Bombardier au Mexique, reporté de quelques mois avec la crise du coronavirus.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition