Montpellier

Levée de fonds

Éléments lève 50 millions d’euros pour développer l’énergie renouvelable participative

Par Anthony Rey, le 07 décembre 2023

Le producteur d’électricité décarbonée Éléments, basé à Montpellier, programme 900 millions d’euros d’investissement d’ici 2030. Sa stratégie a convaincu cinq grands investisseurs de le suivre.

Éléments vise un portefeuille d’1 GW de projets d’ici 2030.
Éléments vise un portefeuille d’1 GW de projets d’ici 2030. — Photo : Eléments

Initiée par trois cofondateurs en 2015 à Montpellier, la trajectoire d’Éléments (140 salariés, 5 agences, CA 2022 : 8 M€) enregistre une forte accélération avec une levée de fonds majeure, d’un montant de 50 millions d’euros. Le producteur d’énergies renouvelables boucle cette opération auprès de Bpifrance, de 8 caisses régionales du Crédit Agricole coordonnées par le fonds Sofilaro (Crédit Agricole du Languedoc), d’OCCTE, la société de gestion de la Région Occitanie, ainsi que d’Enerfip, plateforme montpelliéraine de financement participatif. Ces investisseurs rejoignent le family office Noria, actionnaire historique d’Éléments, qui renouvelle son soutien financier. Les associés, Pierre-Alexandre Cichostepski, Loïc Chazalet et Grégoire Petit, conservent le contrôle de la société.

Un profil multi-filière

Ce financement permettra à Éléments de doubler ses effectifs et de passer un cap de croissance. Alors qu’elle gère un portefeuille de 47 MW en exploitation et en construction, et de 360 MW en instruction à ce jour, la société vise l’objectif d’1 GW en construction et en exploitation d’ici 2030. Elle prévoit d’investir 900 millions d’euros pour développer ces projets, à la même échéance, sur ses trois métiers (solaire, éolien et hydroélectrique).

"Nous apportons au réseau de l’électricité décarbonée en développant nos propres projets, sur des terrains auparavant inutilisés, et sans reprendre d’actifs préexistants, précise Pierre-Alexandre Cichostepski. Nous avons un profil multi-filière, en agrégeant le solaire, l’éolien et l’hydroélectrique afin d’avoir la combinaison d’énergies la plus lissée et la plus intelligente possible".

Autre credo d’Éléments : l’entreprise prétend développer une énergie renouvelable participative. Cette approche est tournée vers les parties prenantes des projets, en intégrant les communes au process, en consultant les populations locales et en ouvrant le financement aux épargnants et autres investisseurs, grâce à une plateforme telle qu’Enerfip. "Nous ouvrons le capital des projets aux acteurs d’un territoire tels que les riverains, les agriculteurs, les SEM, etc. C’est un partage de valeur mais c’est aussi une démarche pour favoriser l’acceptation sociale, car nous sommes là pour participer à la transition énergétique ", résume Pierre-Alexandre Cichostepski. Une vision que partagent les nouveaux actionnaires : Constance Arnal (Sofilaro) souligne chez Éléments "des valeurs de proximité avec les territoires", et Pierre-Eddy Sastre (Bpifrance) loue "la dynamique partenariale de l’équipe dirigeante", qui a aussi mis en place une politique d’actionnariat des collaborateurs.

Cap sur l’Europe du Nord

En plus de la France, la croissance d’Éléments passera aussi par un développement international soutenu. Au lieu de cibler des marchés déjà hyper concurrentiels tels que l’Espagne, la société s’oriente vers l’Europe du Nord. Elle dispose d’équipes d’exploitation en place en Finlande et en Allemagne. "Ce sont des pays qui importent encore de l’énergie, et où il y a donc encore un gros potentiel de production à développer", justifie Pierre-Alexandre Cichostepski.

De même, après avoir créé en 2021 un département dédié à l’ingénierie-construction de projets de plus en plus techniques (centrales solaires au sol ou en toitures, éoliennes terrestres, centrales hydroélectriques au fil de l’eau), elle prévoit de muscler de la même façon une autre de ses implantations, à Turin. "Nous voulons arriver à la construction-exploitation en Italie d’ici trois ans", se projette le dirigeant.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition