Bordeaux

Ressources humaines

CIS Valley compte sur son nouveau siège social et la qualité de vie au travail pour attirer les talents

Par Anne Cesbron, le 29 octobre 2021

Les 160 salariés bordelais de CIS Valley ont découvert au Haillan le nouveau siège social de l’entreprise de services du numérique au printemps dernier. Ce bâtiment doit constituer une vitrine, un atout charme, pour recruter et retenir ses collaborateurs.

Mathieu Le Treut, directeur général de CIS Valley, dans les serres bioclimatiques qui encadrent le nouveau siège social de l’ESN.
Mathieu Le Treut, directeur général de CIS Valley, dans les serres bioclimatiques qui encadrent le nouveau siège social de l’ESN. — Photo : Anne Cesbron

Alain Cadot, président de l’entreprise de services du numérique CIS Valley (35,7 M€ de CA en 2020), n’a pas attendu longtemps pour faire changer les bancs en bois des serres bioclimatiques qui enserrent le nouveau siège social de l’entreprise bordelaise, située au Haillan. Ceux qui avaient été initialement installés ne correspondaient pas à l’esthétique exotique de ces jardins où s’épanouissent des espèces tropicales. Le président soigne les détails d’un lieu qui doit respirer le bien-être au travail. Là des balcons et des bains de soleil, ici une fontaine, des corbeilles de fruits frais, une salle de sport, une flotte de voitures hybrides… Et le clou de la visite, avec vue imprenable sur les alentours : un toit terrasse en cours de végétalisation, qui accueillera un potager, mais déjà équipé d’une pergola, de tables de bar et d’une plancha. "

Notre président souhaitait un roof top à la mesure des événements et projets à célébrer ", précise Mathieu Le Treut, directeur général de CIS Valley.

Un investissement de plus de 5 millions d’euros

Ces 2 650 mètres carrés de bureaux correspondent à un investissement de plus de 5 millions d’euros. "C’est une façon de prouver que nous mettons en œuvre tous les moyens en matière de qualité de vie au travail", poursuit-il.

Et ces moyens pour attirer les talents, l’entreprise spécialisée dans l’infogérance, l’hébergement, l’intégration d’infrastructures technologiques et le développement web, est bien décidée à en faire un argument à son avantage. "En matière de recrutement dans le secteur IT (des technologies de l’information), le rapport est en faveur du candidat ; c’est lui qui choisit. Dans un contexte de très forte concurrence, où nos compétiteurs viennent capter nos ressources, de manière bien peu vertueuse, à nous d’être bons", reconnaît le dirigeant.

Prime de cooptation multipliée par cinq

Le nouveau siège social constitue l’un des arguments mis en place par CIS Valley pour attirer des compétences. Ce n’est pas le seul. En plein confinement, l’annonce a été faite que l’historique programme de cooptation était désormais rattaché à une prime, non plus de 200 mais, de 1 000 euros aux collaborateurs qui faisaient venir un talent. "L’année 2021 est extraordinaire. Le business tourne à plein régime, le turn-over a été inédit avec 25 départs, 40 contrats signés et douze postes restent à pourvoir. C’est du jamais vu ! Cette dynamique nous a conduits à demander à nos managers d’avoir toujours deux profils en réserve, pour être en mesure à tout moment d’enclencher un recrutement. Dans le cadre de cette gestion prévisionnelle de l’emploi, de cette nouvelle mécanique, nous avons en outre décidé d’externaliser la paye, pour que les ressources humaines soient focalisées sur les enjeux de recrutement et de rétention", explique le directeur général.

Une vision RSE partagée

Il faut également à l’ESN soigner son discours RSE en direction de ses prétendants. "Ils nous sollicitent sur les sujets sociaux et environnementaux, d’autant plus que nous sommes une entreprise de cloud computing. La diminution de la consommation de nos data centers, celle de notre empreinte écologique, est un enjeu. Notre engagement associatif notamment auprès d’Emmaüs Connect aussi".

L’hiver arrivant, les vendredis matin, ce n’est certainement plus en plein air que se tiendront l’accueil des nouveaux arrivants et la présentation de la vision de l’entreprise par le comité de direction. Le patio japonais en rez-de-jardin devrait offrir un cadre tout aussi séduisant.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition