Gironde

Industrie

Levée de fonds

4 R Concept et ses vélos cargos VUF Bikes lèvent des fonds pour conquérir le marché européen

Par Romain Béteille, le 06 février 2023

Le fabricant de vélos cargos girondin 4 R Concept vient de boucler pour sa marque VUF Bikes une première levée de fonds en série A de 3 millions d'euros. La PME cherche à déployer ses modèles au niveau européen et ambitionne de tripler sa production de vélos en 2023. 

L'atelier de fabrication de VUF Bikes est situé dans la zone de fret de l'aéroport de Bordeaux-Mérignac (Gironde).
L'atelier de fabrication de VUF Bikes est situé dans la zone de fret de l'aéroport de Bordeaux-Mérignac (Gironde). — Photo : VUF Bikes

La société 4 R Concept, qui fabrique à Mérignac (Gironde) des vélos cargos à assistance électrique pour les professionnels sous la marque VUF (Vélos Utilitaires Français) Bikes, veut passer à la vitesse supérieure. Après avoir levé 570 000 euros fin 2020 auprès d’une quarantaine de business angels, elle a récemment bouclé une seconde levée de fonds de 3 millions d’euros en série A. Elle a été effectuée auprès d’iXO Private Equity (2,6 millions d'euros), du fonds Crédit Agricole Aquitaine Expansion (255 000 euros), des réseaux Femmes Business Angels et We Like ainsi que d’investisseurs ayant remis la main au portefeuille, dont Jean-Christophe Kugler, ancien membre du comité exécutif de Renault.

De l'intuition au projet entrepreneurial

Née en 2014 dans la tête de Thomas Chenut (qui reste majoritaire au capital de l'entreprise), l’entreprise part d’un projet de collecte d’huiles de friture usagées à vélo utilitaire. Quatre ans plus tard, il se transforme en projet industriel avec l’ambition de relocaliser la fabrication de vélos en France. "J’avais l’intime conviction que le vélo cargo pour les professionnels allait marcher. Je voyais une multitude de solutions se déployer pour les particuliers et j’étais témoin des nuisances provoquées par les livreurs en ville, qui devaient déjà trouver des alternatives plus compactes à leurs utilitaires", explique Thomas Chenut, rejoint en 2018 par son frère Anthony.

VUF Bikes se déploie dans un contexte de plus en plus contraint pour la circulation en ville, où ont fleuri "des zones à faible émission ou des zones de circulations alternées", appuie l'entrepreneur. En 2022, la société a vendu 500 vélos, sous trois modèles dont les prix sont compris entre 8 et 10 000 euros. Elle y a ajouté une remorque universelle et a internalisé l’assemblage et les cinq personnes composant son bureau d’études suite à sa première levée.

Six pays limitrophes visés

Son modèle industriel est hybride : elle conçoit ses vélos, livre les plans à des industriels français (environ 25 PME, dont le groupe basque Lopitz, spécialiste de l’usinage) "qui travaillent traditionnellement pour l’aéronautique, car leurs compétences sont très proches de celles d’un fabricant de châssis de vélo. Ils fabriquent les sous ensembles de châssis et les cadres, qui nous reviennent et que nous assemblons en y ajoutant des composants (moteur, selle, guidon), achetées en Europe ou en Asie", continue Thomas Chenut.

Utilisée par quelques grands groupes (Amazon, Alibaba, La Poste), VUF Bikes, pour l’heure présent uniquement en France, elle sort du CES de Las Vegas où elle a présenté un modèle équipé d'un moteur de l'équipementier français Valeo. Elle prévoit un développement européen dès cette année. La PME vise six pays limitrophes dont l’Allemagne, la Belgique ou le Royaume-Uni, à la fois en vente directe et via des distributeurs, réseaux que ses commerciaux seront chargés d’animer. VUF Bikes espère ainsi commercialiser 1 500 vélos en 2023 et devrait passer de 25 à 30 salariés d’ici la fin du premier semestre. Son fondateur est déjà en train d’imaginer de "nouveaux services" et, s'il ne communique pas son chiffre d'affaires, affirme que la société "est déjà rentable en 2022".

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition