Le Havre

Énergie

Suez et Vauban Infrastructure Partners investissent dans une centrale biomasse sur le port du Havre

Par Isabelle Evrard, le 25 novembre 2022

Le groupe Suez et Vauban Infrastructure Partners investissent 85 millions d’euros dans un projet de chaudière biomasse destinée à alimenter en eau chaude le réseau de chaleur urbain de la ville du Havre et en eau chaude et vapeur des industriels de la zone industrialo-portuaire.

La centrale est destinée à alimenter en eau chaude le réseau de chaleur urbain de la ville du Havre et en eau chaude et vapeur des industriels de la zone industrialo-portuaire.
La centrale est destinée à alimenter en eau chaude le réseau de chaleur urbain de la ville du Havre et en eau chaude et vapeur des industriels de la zone industrialo-portuaire. — Photo : BioSynErgy

Soutenus par l’ADEME et la Région Normandie, le groupe Suez (800 collaborateurs en Normandie ; 7,5 Md€ en 2021 au niveau mondial ) et Vauban Infrastructure Partners, entreprise spécialisée dans les investissements d’infrastructures en fonds propres, ont lancé un vaste projet de production d’énergie renouvelable et de récupération (EnR & R), situé au cœur de la zone d’activité industrielle du Grand Port du Havre (Haropa Port) sur la commune de Gonfreville l'Orcher. Au total, 85 millions d’euros ont été investis dans le projet.
Baptisé "BioSynErgy 76", ce projet consiste en la construction et l’exploitation d’une centrale de combustion mixte, équipée d’une chaudière biomasse dont la finalité sera de produire de l’énergie en valorisant des bois déchets pour une majeure partie, ainsi que des combustibles solides de récupération (CSR). L’approvisionnement de la centrale s’appuiera sur une unité de préparation de biomasse et de CSR, aujourd’hui en cours de développement sur une friche industrielle réhabilitée par Suez, à Rogerville. La centrale est destinée à alimenter en eau chaude le réseau de chaleur urbain de la ville du Havre et en eau chaude et vapeur des industriels de la zone industrialo-portuaire, gérée par le Grand Port Maritime du Havre (GPMH). Grâce à ce nouveau projet, ce sont 50 000 tonnes de CO2 d’origine fossile qui devraient être économisées chaque année, et 90 000 à 100 000 tonnes de déchets non recyclables, jusque-là orientées vers l’enfouissement, qui seront valorisées.

45 emplois à la clé

Si le Groupe Legendre (2 200 salariés ; 850 M€ de CA, siège à Saint-Jacques-de-la-Lande en Ille-et-Vilaine) a été retenu par Suez pour réaliser le projet BioSynErgy 76 à Gonfreville-L’Orcher, l’équipement, d’une capacité de production de 43,5 MW, sera fourni par l’entreprise nantaise Leroux & Lotz Technologies (26,3 M€ de CA en 2020), filiale du groupe Altawest (150 M€ de CA). Un défi de taille selon le groupe Legendre : "entouré d’établissements classés Seveso seuil haut, le projet a nécessité un important travail d’études pour mettre en place un plan de prévention lié aux risques technologiques de la zone portuaire."

Le bâtiment industriel d’une surface de près de 7 000 m2 fait aussi travailler les entreprises locales : les quelque 5 000 m3 de béton de génie civil nécessaires à l’infrastructure sont fournis par l’entreprise Cemex Rouen. 
Plus de 300 000 MWh seront consommés annuellement par le réseau de chaleur urbain du sud de l’Agglomération du Havre (24 000 équivalent logements) et les industriels locaux (Yara, Chevron, Safran).
À terme, 45 emplois seront créés par le projet, dont 15 directement sur le site BioSynErgy. La centrale sera opérationnelle courant 2023.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition