Manche

Industrie

Laudescher innove dans la langue du bois

Par Isabelle Evrard, le 16 juillet 2018

Laudescher, spécialiste de la claustra basé dans la Manche, a investi 2,6 millions d'euros dans de nouveaux équipements industriels. Fort d'un chiffre d’affaires en croissance, l'entreprise de menuiserie industrielle souhaite multiplier ses projets à l’étranger.

Tous les bois sont inspectés pour vérifier qu’ils n’ont aucun défaut
Tous les bois sont inspectés pour vérifier qu’ils n’ont aucun défaut — Photo : Isabelle Evrard - Le Journal des Entreprises

Nouvelles machines de menuiserie, ligne mécanisée de rabotage 3D, centre d’usinage, nouveaux robots de vissage… Au total, Laudescher, basé à Carentan (Manche), fleuron normand de la menuiserie industrielle, vient d’investir 2,6 millions d’euros pour renouveler son équipement industriel. Plus de cinquante années après sa création à Isigny-sur-mer par Marcel Laudescher et quelques innovations technologiques dans la sacoche, l’entreprise familiale, spécialisée dans la fabrication des panneaux en lame de bois massif, emploie 45 salariés et a enregistré plus de 9 millions d’euros de chiffre d’affaires l'an dernier.

Le goût de l’innovation

Jean-Marc Laudescher, PDG de Laudescher
Jean-Marc Laudescher, PDG de Laudescher - Photo : © Alfred Cromback

« Notre père a littéralement bâti l’entreprise de ses propres mains, agglo et pierres ! », raconte Jean-Marc Laudescher, le PDG. Marcel Laudescher conçoit lui-même ses premières machines-outils, et s’il commence par une simple activité de menuiserie, il se met rapidement à livrer des produits de plus en plus techniques. Dans les années 1980, il développe une nouvelle technique d’entaillage et d’assemblage à mi-bois faisant de Laudescher le leader de la claustra (clôture extérieure ajourée). L’entreprise emploie alors une vingtaine de personnes, et les deux fils Laudescher, Stéphane et Jean-Marc, intègrent la société.

Cultivant le goût de l’innovation, la famille Laudescher fait prendre une nouvelle direction à l’entreprise en s’associant à un designer acousticien afin de mettre au point des claustras associant bois et toile. Au décès de leur père en 2000, les deux fils reprennent l’affaire familiale : Jean-Marc rachète l’ensemble des parts et prend la tête de l’entreprise, Stéphane prenant le poste de directeur technique. L’usine déménage et s’installe à Carentan mais elle est détruite par un incendie en 2013. « Par chance, nous avons pu reconstruire rapidement et remis l’outil en marche en un mois et demi », se souvient Stéphane Laudescher. La nouvelle usine, forte de 7 500 m2, dont 5 500 m2 consacrés à la production et le reste assurant le stockage de bois, se fournit principalement en bois de Caroline (Etats-Unis), hêtres d’Europe, chênes rouges américains, tilleuls, frênes et épicéas.

Objectif export

Depuis 2011, l’entreprise s’est associée les compétences de Woodlabo, un atelier de design né en Finlande et installé près de Bordeaux. « Une façon d’apporter un nouveau rythme graphique à la gamme », décrit Stéphane Laudescher.

L’entreprise, consciente d’intervenir dans un marché de niche, affiche sa volonté de se développer vers l’Europe. Elle a déjà quelques prestigieuses références à son actif : le plafond du hall d’accueil du nouveau siège de Scotland Yard à Londres, mais aussi le bardage en sapin du centre commercial Docks Bruxsel, à Bruxelles. Et ce n’est pas fini : « Nous avons bénéficié ces deux dernières années d’une importante progression de notre activité avec un chiffre d’affaires 2017 en croissance de 25 % par rapport à l’année précédente », confirme Jean-Marc Laudescher.  La PME compte multiplier ses projets à l’étranger et renforcer ses équipes dans cet objectif.

Tous les bois sont inspectés pour vérifier qu’ils n’ont aucun défaut
Tous les bois sont inspectés pour vérifier qu’ils n’ont aucun défaut — Photo : Isabelle Evrard - Le Journal des Entreprises

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.