Industrie

Liger : Pleins gaz pour l'usine de méthanisation

Par Stéphanie Biju, le 06 mars 2015

Energie Hera France a été choisie par la Sem-Liger pour construire l'usine de méthanisation à Locminé. Livraison attendue début 2016. Basée dans les Pyrénées-Orientales, Hera France est une filiale du groupe espagnol Hera, expert dans la transformation des déchets en ressources.
Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

La Sem-Liger met les gaz sur la construction d'une usine de méthanisation à Locminé. En l'occurrence, c'est la société Hera France qui a été choisie pour faire carburer le projet très ambitieux de création d'un centre transformant les ressources du territoire en énergies renouvelables. Après la mise en service d'une chaufferie biomasse à bois, la construction de l'unité de méthanisation est la seconde étape du projet Liger, qui représente un investissement de 14,5 M€ dont 10,7 M€ pour cette seule usine. Sa construction avait connu un retard à l'allumage, à l'automne, suite au retrait d'Armorgreen, spécialiste breton de la méthanisation, et qui avait remporté le marché en 2013. Un nouvel appel d'offres a été lancé en novembre et qui a donc bénéficié à Hera France.




26 mois sur place

« Le marché a été modifié le 3 février », indique Marc Le Mercier, directeur de la Sem-Liger. Le groupe Hera a pris ses quartiers dans la foulée à Locminé où il restera 26 mois. « Deux mois pour les études de terrain, douze mois pour coordonner la construction de l'usine et douze mois pour assurer le suivi de sa mise en service », détaille Marc Le Mercier.




Chantiers d'envergure

Basée à Cabestany (Pyrénées-Orientales), Hera France est une filiale du groupe espagnol Hera, expert dans la transformation des déchets en ressources et spécialiste des chantiers d'envergure. Il a ainsi porté la construction du plus grand site de tri mécano-biologique d'Europe à Barcelone et remporté 60 % du marché de dépollution des sols contaminés au Koweit suite à la guerre du Golfe (financé et validé par l'ONU). Plus proche, Hera a aussi dirigé la construction de l'unité de méthanisation Biogazyl aux Herbiers en Vendée. « Le groupe Hera réalise 100 % de son chiffre d'affaires, environ 100 M€, dans le domaine de l'environnement », insiste Fabrice Hermance, directeur général d'Hera France.




Les acteurs bretons

Au coeur du process technique environnemental, Hera, qui a développé son propre procédé de biogaz en carburant véhicule, s'entoure également de plusieurs sous-traitants. « Il a été fait appel au maximum aux compétences bretonnes. Plus de 35 % du chiffre d'affaires global est réalisé par les entreprises du territoire », précise Marc Le Mercier. Ainsi, la société de génie civile Scobat (Trégueux) sera chargée des infrastructures et de l'enveloppe du process, l'entreprise de VRD Le Badezet interviendra sur le terrassement et la création de la plateforme, la filiale rennaise d'Enéria fournira le moteur et Haarslev France, basé à Lorient, le sécheur pour digestat.




5 millions de m³ de biogaz

L'usine de méthanisation de Liger s'étendra sur 2 ha, près de la chaufferie biomasse et du Ligerpôle. « Elle comprendra un bâtiment principal constitué de deux zones : trois sas d'entrée des produits d'un côté et trois sas d'évacuation des digestats de l'autre ; un bâtiment de cogénération et un bâtiment de production de bio-méthane carburant », explique Philippe Henry, directeur technique d'Hera France. La mise en fonctionnement est programmée pour « avril 2016 », annonce Marc Le Mercier. Dès lors, ce sont 5 millions de m³ de biogaz équivalent à plus de 2,85 millions de Nm³ de gaz naturel qui seront produits dans cette usine, à partir des déchets récupérés auprès des industriels locaux, des agriculteurs et habitants du territoire. Cinq énergies seront créées : de l'électricité équivalent à la consommation de plus de 4.000 foyers par an, de l'énergie thermique qui alimentera le réseau de chaleur collectif, du bio-méthane qui sera injecté dans le réseau gaz représentant la consommation de 960 foyers par an et enfin du bio GNV (gaz naturel véhicule) sans émission de particule pour les véhicules des collectivités mais aussi industriels ou de transports.




Renforcer l'emploi

« L'objectif de Liger est de garantir l'indépendance énergétique du territoire et de résorber les émissions de CO2 sur le territoire de Locminé », rappelle Grégoire Super. « C'est aussi un réel plus pour l'économie du bassin : notre volonté est de renforcer l'emploi sur le territoire et permettre à nos jeunes d'accéder aux métiers de l'environnement et notamment aux métiers des énergies renouvelables ».

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail