Dipta : La société cosmétique aixoise renaît de ses cendres

Par Alexandre Léoty, le 07 janvier 2011

Le 5mai 2009, un incendie ravageait intégralement ses surfaces industrielles. Ce mois-ci, la société cosmétique Dipta est à nouveau pleinement opérationnelle. Un nouveau départ placé sous le signe de l'ambition.
Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Un cauchemar. Le 5mai 2009, Bernard Gauthier, directeur général de Dipta, aura vécu un véritable cauchemar. Car en seulement quelques heures, l'intégralité des surfaces industrielles de la société cosmétique aixoise est partie en fumée. L'incendie, d'origine électrique, a ravagé la quasi-totalité des équipements des ateliers et laboratoires de l'entreprise implantée dans la zone des Milles. «Tout a commencé en début de journée, se souvient le dirigeant. Un peu de fumée s'échappait du bâtiment. L'alarme s'est déclenchée et le personnel a évacué les lieux en à peine trois minutes. Les pompiers sont ensuite intervenus, tandis que le feu se propageait dans les cloisons et les faux plafonds. Plus de 135 pompiers ont lutté contre les flammes pendant quatorze heures. Il fallait prendre une décision. J'ai choisi de laisser l'unité de production brûler, afin de sauvegarder les stocks». Une décision qui s'avérera payante pour la société, puisque ses stocks de produits finis lui ont permis, sans la moindre rupture, de négocier le plus sereinement possible le virage de sa reconstruction. «En un mois, j'ai envoyé mes équipes un peu partout en France, afin d'activer un réseau d'une dizaine de sous-traitants, de manière à passer ce cap difficile sans rompre la chaîne des livraisons de nos deux clients, les marques Institut Esthederm International et Laboratoire Bioderma, qui font partie, tout comme nous, du groupe Naos, et pour qui nous produisons chaque année plus de 7.000 tonnes, soit 25millions d'unités, confie Bernard Gauthier. Nous avons également loué des locaux à proximité de notre site afin d'y réaliser les contrôles de conformité et d'y mener l'activité de conditionnement ?tubes?. Nous avons pu nous faire prêter du matériel par certains de nos fournisseurs. La situation nous a prouvé que lorsque l'on est honnête dans ses relations commerciales, cela peut engendrer une certaine solidarité...».




18M€ d'investissement

Au cours de cette période de reconstruction, la société n'a licencié aucun de ses 168 salariés. «Nous avons maintenu les salaires de tous nos collaborateurs, y compris de ceux qui ont été tenus de rester chez eux, suite à la destruction de l'outil de production», assure le dirigeant. De nombreux mois de travaux auront été nécessaires à la reconstruction de l'usine. «Nous seront pleinement opérationnels en janvier (NDLR: interview réalisée en décembre2010), assure Bernard Gauthier. Quitte à tout rebâtir, nous avons décidé d'augmenter notre surface de 1.700m², de réaménager nos locaux afin d'optimiser les flux et d'acquérir de nouveaux matériels à haute performance». Objectifs avoués: s'adapter aux exigences pharmaceutiques et doubler la capacité de production de Dipta. Pour cela, la société n'a pas hésité à mettre la main au portefeuille. «Nous avons investi 18M€: 10M€ en bâtiment et 8M€ en matériel», confie le dirigeant.




Trois enjeux pour l'avenir

Aujourd'hui, les enjeux stratégiques de la société sont triples. «Les deux marques pour lesquelles nous produisons enregistrent une croissance annuelle de l'ordre de 15%. Nous devons suivre ce rythme en terme de volume. Notre nouvel outil le permet. D'autre part, nous devons être prêts à multiplier nos efforts en matière de R & D, afin de livrer des produits de plus en plus innovants. Enfin, nous devons réfléchir à la question de la maturité de notre entreprise. Face au sinistre que nous avons vécu, notre personnel a su faire preuve d'adaptabilité, de flexibilité et de réactivité. Désormais, nous devons miser sur l'anticipation. Nous devons conserver notre état d'esprit initial tout en nous structurant davantage. Nous sommes sur le point de passer un cap...»

Dipta



Bernard Gauthier Effectif: 168 salariés CA prév. 2010 : 52 M€ CA prév. 2011: 56 M€ Institut Esthederm: 250 références - CA de 31M€ dont 74% à l'exportLaboratoire Bioderma: 200 références - CA de 128M€ dont 48 à l'export 04 42 60 73 73

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture