Maine-et-Loire

Numérique

Devenue une Scop, Empreinte Digitale accélère l’accessibilité numérique

Par Olivier Hamard, le 22 septembre 2020

Après son déménagement dans de nouveaux locaux à Angers en novembre 2019, Empreinte Digitale est désormais constituée en Scop. Travaillant avec des technologies libres et open source, elle édite des logiciels et crée des sites internet sur mesure pour les professionnels en hébergeant leurs données. Très engagée dans la RSE, elle milite et oeuvre aussi pour l’accessibilité numérique.

Rodrigue Franco, directeur général d'Empreinte Digitale, et Yann Olive, président de la Scop, aux côtés de Véronique Lefèvre-Toussaint et Jean-Luc Renaud, fondateurs de l'entreprise.
Rodrigue Franco, directeur général d'Empreinte Digitale, et Yann Olive, président de la Scop, aux côtés de Véronique Lefèvre-Toussaint et Jean-Luc Renaud, fondateurs de l'entreprise. — Photo : Empreinte Digitale

Créée en 1993 à Paris avant de déménager l’année suivante à Angers, l'entreprise Empreinte Digitale, qui a réalisé un chiffre d’affaires de 3 millions d’euros en 2019, compte aujourd’hui une cinquantaine de collaborateurs. Parmi eux, 32 sont associés dans la Scop créée en janvier, avec un conseil d’administration de 11 personnes, toutes salariées de l’entreprise qui édite des logiciels et crée des sites internet sur mesure pour les professionnels en hébergeant leurs données. Une forme de gouvernance qui correspond parfaitement à l’esprit insufflé par ses deux fondateurs, Véronique Lefèvre-Toussaint et Jean-Luc Renaud.

Chaque nouveau salarié peut devenir associé

Empreinte Digitale compte une cinquantaine de collaborateurs, dont 32 sont associés dans la Scop
Empreinte Digitale compte une cinquantaine de collaborateurs, dont 32 sont associés dans la Scop - Photo : Empreinte Digitale

« En 27 ans, nous sommes évidemment passés par quelques périodes difficiles, reconnaît Jean-Luc Renaud, en particulier en 2015. Ce sont alors le collectif et la solidarité qui ont permis le rebond. À partir de là, l’organisation de l’entreprise a changé et la reprise en Scop est une continuité logique. » Désormais, chaque nouveau salarié se voit proposer de devenir associé dans les trois ans. C’est cette même dimension collaborative qui a convaincu 12 collaborateurs de constituer une société civile immobilière pour acquérir les locaux de 950 mètres carrés dans lesquels s’est installée l’entreprise fin 2019.

Le numérique accessible à tous

L’engagement d’Empreinte Digitale se traduit aussi par ses actions dans le domaine de la RSE : pour limiter son empreinte environnementale, l’entreprise mène une politique d’achat de matériel reconditionné, opte le plus souvent pour la réparation plutôt que le remplacement ou encore héberge elle-même les données ou les sites de ses clients. « Nous faisons aussi de l’écoconception de logiciels, ajoute Rodrigue Franco, le directeur général d’Empreinte Digitale. C’est une façon de concevoir et de coder différente, qui limite les fonctionnalités à l’essentiel, avec uniquement les applications nécessaires aux clients. Nous faisons la même chose pour les sites internet que nous développons. »

Empreinte Digitale a aussi fait de l’accessibilité numérique l’un de ses chevaux de bataille. « Nous nous intéressons à cette question depuis le début des années 2000, précise Véronique Lefèvre-Toussaint. Cela concerne des personnes en situation de handicap ou des personnes âgées pour qui l’accès au numérique est difficile. » Empreinte Digitale réalise des sites nativement accessibles et un pôle spécialisé a été créé dans l’entreprise, fort de quatre personnes et qui devrait se renforcer. « Nous pouvons réaliser des audits et des inspections de sites web, ajoute la cofondatrice. Nous sensibilisons les écoles d’informatique de la région pour qu’elles incluent l’accessibilité numérique dans leur cursus et qu’elles forment leurs élèves dans ce sens. Nous voulons aussi le proposer aux agences locales concurrentes qui créent des sites web. »

Empreinte Digitale prévoit le recrutement de quatre collaborateurs dans les prochains mois. Ils seront, dès leur arrivée, formés à l’accessibilité numérique comme l’a été l’ensemble de l’équipe. « Nous recherchons essentiellement des développeurs, précise Jean-Luc Renaud, et si possible des femmes. Elles ne sont qu’une douzaine de femmes dans l’effectif et nous voudrions aussi en intégrer davantage. Mais le secteur est très tendu, particulièrement pour des développeurs seniors, et les difficultés pour recruter sont aujourd’hui le principal frein au développement de l’entreprise. »

Récompensée tout récemment pour son engagement par les Trophées RSE Pays de la Loire aux côtés de trois autres entreprises de la région, Empreinte Digitale sait néanmoins que ses valeurs peuvent être un gage d’attractivité. L’entreprise entend bien continuer de les cultiver après le départ de ses deux fondateurs prévu l’été prochain.

Rodrigue Franco, directeur général d'Empreinte Digitale, et Yann Olive, président de la Scop, aux côtés de Véronique Lefèvre-Toussaint et Jean-Luc Renaud, fondateurs de l'entreprise.
Rodrigue Franco, directeur général d'Empreinte Digitale, et Yann Olive, président de la Scop, aux côtés de Véronique Lefèvre-Toussaint et Jean-Luc Renaud, fondateurs de l'entreprise. — Photo : Empreinte Digitale

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail