Maine-et-Loire

Agriculture

Innovation

Aptimiz investit de nouveaux locaux et renforce ses effectifs

Par Olivier Hamard, le 23 novembre 2023

Créée en 2018 par trois étudiants de l’Esa, l’école supérieure des agricultures d’Angers, la start-up Aptimiz vient de déménager dans de nouveaux locaux de 230 m2. Forte de 17 collaborateurs, elle devrait dépasser la vingtaine d’ici quelques mois et envisage maintenant un développement à l’international.

Aptimiz s’est installée récemment au Digital Village d’Angers.
Aptimiz s’est installée récemment au Digital Village d’Angers. — Photo : Aptimiz

Depuis son lancement en 2018, la start-up Aptimiz, qui travaille sur l’optimisation du temps de travail dans les exploitations agricoles et le suivi de leur matériel, a occupé plusieurs bureaux dans les locaux de l’ESA, l’école des agricultures d’Angers où elle a été incubée. Mais à force de grandir, elle a choisi de déménager et s’est installée tout récemment dans un espace de 230 m2, au Digital Village, à côté de la tour Tip à Angers. "Il nous fallait de nouveaux bureaux à la fois parce que l’équipe ne cesse de s’étoffer mais aussi en prévision de notre développement futur", confie Matthieu Carpentier, fondateur d’Aptimiz avec Armand Sachot et Simon Denonnain. L’effectif de la start-up se compose désormais de 17 personnes, bientôt 18, et devrait atteindre la vingtaine d’ici la fin du premier trimestre 2024.

Déploiement commercial dans toute la France

Actuellement, l’application développée par Aptimiz (CA NC) compte environ 1 500 utilisateurs. Elle a été imaginée pour piloter leurs ressources humaines et matérielles, et générerait une économie de plus de 100 heures de saisie par an et par personne en simplifiant les contraintes de traçabilité et des gains de 15 à 30 % en optimisant les charges de mécanisation. "Nous automatisons la mesure du temps et des hommes et le suivi du matériel, complète Matthieu Carpentier. Nos clients sont des agriculteurs mais nous passons par des réseaux partenaires, comme des coopératives, des organismes de contrôle laitier ou encore des chambres d’agriculture."

Aptimiz a réalisé un premier tour de table de 3,1 millions d’euros au printemps 2023, les fondateurs demeurant majoritaires au capital. "Jusqu’à il y a environ un an, nous nous étions concentrés sur l’aspect technologique de notre solution, explique Matthieu Carpentier. L’objectif de la levée de fonds était d’opérer le déploiement commercial, pour être présents partout en France. Nous structurons maintenant une équipe commerciale régionalisée." L’effectif des commerciaux est actuellement de 5 personnes et devrait prochainement passer à 9. La solution d’Aptimiz est utilisée dans tout l’hexagone et la jeune entreprise a déjà franchi les frontières de la Belgique et de la Suisse.

Cap sur l’international

Aptimiz veut maintenant aller vite pour bien mailler le territoire, avant d''entamer un déploiement à l’international dans un second temps. L’application de la start-up angevine a en effet été prévue pour être traduite dans d’autres langues. "Nous tablons sur un an à un an et demi pour identifier les pays où nous voulons nous développer et établir la stratégie en conséquence, ajoute Matthieu Carpentier. Mais nous irons certainement auparavant à l’export de manière opportuniste, comme nous le faisons déjà en Suisse et en Belgique. Au moment de ce passage à l’international, nous ferons probablement une nouvelle levée de fonds." Aptimiz envisage de se développer en premier lieu dans des pays frontaliers mais ne ferme pas la porte à une commercialisation dans des contrées plus lointaines.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition