Nancy

Biotech

Plant Advanced Technologies investit 5 millions d’euros pour développer une molécule qui booste la mémoire

Par Jean-François Michel, le 27 octobre 2022

La biotech Plant Advanced Technologies, basée à Vandœuvre-lès-Nancy,  travaille sur une molécule issue de la patate douce dont les résultats sur la mémoire sont très prometteurs. La PME vise le marché des compléments alimentaires.

Dans les serres de Plant Advanced Technologies, à Laronxe, les équipes de la biotech récoltent les molécules contenues dans les racines des plantes. 
Dans les serres de Plant Advanced Technologies, à Laronxe, les équipes de la biotech récoltent les molécules contenues dans les racines des plantes.  — Photo : Jean-François Michel

Pour le président du groupe Plant Advanced Technologies, Jean-Paul Fèvre, les résultats obtenus sont tout simplement "extraordinaires". Installée sur le Technopôle de Nancy-Brabois, la biotech lorraine (65 salariés dont 42 chercheurs et 25 docteurs, 2,3 millions d’euros de chiffre d’affaires), travaille actuellement sur une molécule issue de la patate douce, dont les propriétés sur la mémoire ont été testées sur des souris.

"Nous avons comparé des souris jeunes qui n’étaient pas complémentées avec notre molécule, et des vieilles souris qui avaient absorbé notre molécule. Les vieilles souris retrouvent plus de mémoire que les jeunes", détaille le président de Plant Advanced Technologies, qui exploite des serres à Laronxe (Meurthe-et-Moselle) et sur l'île de la Réunion pour produire des biomolécules pour les marchés de la cosmétique, des compléments alimentaires et de la pharmacie.

Le projet, appelé N'GINS pour "Nouvelle génération d’ingrédients nutraceutique santé", va nécessiter un investissement total de 5 millions d’euros sur cinq ans, dont 3,3 millions d’euros seront portés par le groupe et 1,7 million d’euros seront amenés sous forme d’une subvention France Relance et d’un accompagnement par Bpifrance.

Efficacité "très convaincante"

Naturellement présente en quantité infime dans certains aliments, cette molécule sera testée sur l’homme à partir de 2023, pour pouvoir être livrée aux groupes opérant dans les compléments alimentaires à partir de 2025. "Nous avons inventé la technologie qui nous permet de récolter suffisamment de cette molécule pour la mettre sur le marché", détaille Jean-Paul Fèvre. Testée sur des souris atteintes de la maladie d’Alzheimer, la "molécule mémoire" de Plant Advanced Technologies a démontré une efficacité "très convaincante". Mais "pour aller sur les marchés de la pharmacie, il aurait fallu trouver un milliard d’euros pour commencer à accumuler des preuves de l’efficacité", estime le dirigeant. Les premiers travaux menés par les équipes de la biotech lorraine montrent que l’ingestion de "moins de 10 mg par jour permet d’obtenir un effet".

"Nous voulons créer une société qui puisse avoir un impact mondial sur la vie des gens", affirme Jean-Paul Fèvre, le président du groupe Plant Advanced Technologies.
"Nous voulons créer une société qui puisse avoir un impact mondial sur la vie des gens", affirme Jean-Paul Fèvre, le président du groupe Plant Advanced Technologies. - Photo : Jean-François Michel

Menant des études sur plus d’une centaine d’espèces de plantes en moyenne, dont 70 sont cultivées sur l’île de la Réunion grâce au travail de sa filiale Zerbaz, détenue à 99 %, la biotech lorraine mise désormais sur une nouvelle source de revenus potentiels en s’attaquant à un marché qui pèse déjà plus de 100 milliards de dollars au niveau mondial, d’après les données du Syndicat national des compléments alimentaires, et dont la valeur devrait être multipliée par trois d’ici à 2030.

Coté sur Euronext Growth pour 51 % du capital, Plant Advanced Technologies compte parmi ses actionnaires le laboratoire pharmaceutique vétérinaire français Vetoquinol (CA : 521 M€ ; 2 500 salariés), à hauteur de 2 %, ainsi que le géant suisse de la cosmétique Clariant (CA : 4,4 milliards de Francs suisses ; 18 000 salariés), pour 10 %. "Notre société est bien contrôlée", estime Jean-Paul Fèvre, qui anticipe le décollage des ventes de trois produits mis sur le marché par Clariant et contenant des actifs anti-âge livrés par Plant Advanced Technologies. "Il serait facile de mettre la société à l’équilibre", affirme Jean-Paul Fèvre. "Mais notre idée est de toujours faire beaucoup de R & D, pour créer une société qui puisse avoir un impact mondial sur la vie des gens."

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition