Nancy

Santé

La Coopérative Welcoop mise sur une stratégie "open source" pour déployer son plan antichute

Par Jean-François Michel, le 30 novembre 2023

Menée début 2023, une première expérimentation du plan antichute des personnes âgées imaginé par la Coopérative Welcoop, basée à Villers-lès-Nancy, a permis de démontrer l’utilité du dispositif. Pour le déploiement au niveau national, les dirigeants du groupe ont choisi de donner libre accès aux données et ressources du plan.

Dominique Pautrat est le président du directoire de la Coopérative Welcoop.
Dominique Pautrat est le président du directoire de la Coopérative Welcoop. — Photo : Welcoop

Pour le président du directoire de la Coopérative Welcoop, Dominique Pautrat, le "sujet, c’est de protéger la population". Mise sur la table par le gouvernement début 2022, laissée de côté faute de financement, la lutte contre les chutes des personnes âgées est à nouveau portée sur le devant de la scène par le groupe coopératif lorrain, opérant sur sept métiers autour du secteur de la pharmacie. Un groupe qui rassemble 4 000 sociétaires pharmaciens, emploie 1 800 salariés et a réalisé en 2022 un chiffre d’affaires de 386 millions d’euros.
En France, d’après les données rassemblées par le gouvernement, deux millions de personnes âgées chutent chaque année, engendrant 130 000 hospitalisations et 10 000 décès. "Le coût pour le système de santé, c’est deux milliards d’euros", souligne Dominique Pautrat. Sans avoir recours à de l’argent public, la coopérative a décidé de financer une vaste expérimentation, démarrée début 2023 dans 67 pharmacies, en prenant à sa charge les frais liés au rendez-vous et aux entretiens menés avec le pharmacien dans le cadre de la surveillance des patients.

Une économie 4,6 millions d’euros

Fin novembre 2023, 3 000 patients, âgés de plus de 75 ans, ont été informés de ce plan. Des audits ont ensuite été menés avec eux, qui ont permis d’en équiper 456 avec des solutions développées par le groupe. Parmi elles : aménager l’habitat grâce aux équipes de D Medica - une filiale du groupe opérant dans le maintien à domicile -, équiper le logement de la box Novia Care, un système de téléassistance connecté ou encore favoriser l’observance des traitements grâce à un pilulier préparé en officine.

Pour le pharmacien, le plan représente une nouvelle source de revenus : jusqu’à 33 800 € par an sur la base d’un audit par semaine réalisé chez un patient. "Cette expérimentation a permis de détecter et d’éviter des chutes qui auraient pu coûter environ 10 000 € par patient, soit une économie de 4,56 millions d’euros pour le système de santé", additionne Dominique Pautrat.

Dupliquer le modèle

Face à l’ampleur de la problématique, les dirigeants de la Coopérative Welcoop ont choisi de donner accès aux données et résultats de l’expérimentation du plan à tous les professionnels de santé. "Nous n’avons pas vocation à lancer une initiative nationale en solo", tranche Dominique Pautrat. "D’ailleurs, le mouvement est déjà lancé. Certaines coopératives de pharmacies, nos concurrents, vont lancer leurs plans antichute sur la base de nos données".

En plus des données chiffrées et des retours financiers possibles pour les officines, les équipes de la Coopérative Welcoop ont mis à disposition, sur une plateforme dédiée librement consultable, des éléments de communication téléchargeables, comme des affiches, des dépliants ou encore des adhésifs pour le sol et les vitrines.

"Si cette opération est inscrite dans les nouvelles missions des pharmaciens, souhaitons que, demain, les 21 000 pharmacies françaises participent à ce dispositif. Ainsi, 400 000 chutes par an pourraient être évitées avec les impacts financiers positifs que cela implique", estime Dominique Pautrat. Pour le président du conseil de surveillance de la Coopérative Welcoop, Jean-Pierre Dosdat, cette expérimentation a permis de montrer que "les pharmaciens ont toute la légitimité pour détecter et prévenir les chutes et devenir ainsi la clé de voûte de l’accompagnement du grand âge". Reste à attendre l’avis du gouvernement.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition