Nantes

Électronique

Sparklin accélère le développement de ses prises de recharge lente pour véhicules électriques

Par Cyril Raineau, le 30 septembre 2022

La start-up nantaise Sparklin commercialise à compter du 15 octobre 5 000 premières prises intelligentes pour véhicules électriques. Une levée de fonds de l’ordre de 5 à 10 millions d’euros devrait suivre, pour développer de nouveaux produits et atteindre 20 millions d’euros de chiffre d’affaires dans les cinq ans.

Les 5 000 premières prises intelligentes de Sparklin seront commercialisées à compter du 15 octobre 2022.
Les 5 000 premières prises intelligentes de Sparklin seront commercialisées à compter du 15 octobre 2022. — Photo : Sparklin

La feuille de route de la start-up nantaise Sparklin est chargée : elle lance la commercialisation de ses premières prises intelligentes pour véhicules électriques, prépare une levée de fonds et elle développe trois nouveaux modèles pour une mise sur le marché courant 2023. L'entreprise a été créée en février 2021 par Thierry Jahier, Laurent Stéphan et Romain Menetrier pour répondre au constat dressé par l’Association nationale pour le développement de la mobilité électrique : une voiture est stationnée 95 % du temps. Sparklin a donc conçu une solution de charge lente des batteries des voitures 100 % électriques ou hybrides et des vélos à assistance électrique.

Entre 5 et 10 millions d'euros à lever

La start-up a engagé cette année la production de ses 5 000 premières prises, dont la commercialisation débute le 15 octobre. "Nous fournissons les distributeurs de matériel électrique comme Sonepar ou Distrilec auprès desquels les électriciens s’approvisionnent", précise le président de la start-up Thierry Jahier. Les électriciens équiperont l’utilisateur final. Les premières demandes concernent "des entreprises qui souhaitent faire équiper leur parking ou qui envisagent d’installer une charge au domicile de salariés qui sont équipés de véhicules professionnels électriques ou hybrides."

La vente des 5 000 premières prises, correspondant à un million d’euros de chiffre d’affaires, "signifiera que l’équipement répond bien aux enjeux du marché", observe Thierry Jahier. Sparklin engagera ensuite une levée de fonds "de 5 à 10 millions d’euros", soit en 2023, d’après son tableau de marche.

Trois innovations en projet

La prise développée par Sparklin se distingue des bornes existantes de recharge rapide et réduit le coût pour l’utilisateur. Autre particularité, elle est connectée (en 4G), l’électricité n’étant délivrée que si l’utilisateur est identifié. En outre, ce dernier a la possibilité de suivre à la minute près l’évolution de sa consommation.

En cas de succès de son premier produit, la start-up de cinq collaborateurs internalisera des compétences jusqu’à présent sous-traitées : elle fait intervenir seize prestataires extérieurs sur ses projets. Ensuite, elle s’orientera vers l’international. Enfin, elle étoffera son offre avec trois solutions aux fonctionnalités qui diffèrent de la première version et pour lesquelles la R & D est engagée.

Au printemps 2023, une prise connectée via le réseau ethernet (prise dite filaire) verra le jour. Elle s’adressera aux bâtiments où la 4G est difficilement accessible, particulièrement les parkings souterrains. Fin 2023, sera lancée une prise adaptée au vélo à assistance électrique, avec une fonction antivol et de sécurisation de la batterie. Enfin, une infrastructure de charge pour alimenter les bateaux de plaisance à quai est en gestation pour fin 2023.

Avec tous ses projets menés de front, Sparklin projette 100 000 prises commercialisées dans les cinq ans, conduisant à un chiffre d'affaires estimé à 20 millions d’euros.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition