Nantes

Edition de logiciels

Levée de fonds

Rendant visible les compétences des personnes en situation de handicap, MySkilliz prépare une levée de fonds

Par David Pouilloux, le 28 novembre 2023

Implantée près de Nantes, la start-up MySkilliz permet aux personnes en situation de handicap de rendre visible leur progression professionnelle. Récompensée pour l’innovation sociale qu’elle porte, la jeune pousse prépare une levée de fonds pour l’année 2024.

Laëtitia Charrière, présidente et fondatrice de MySkilliz, prépare une levée de fonds pour 2024.
Laëtitia Charrière, présidente et fondatrice de MySkilliz, prépare une levée de fonds pour 2024. — Photo : David Pouilloux

Il est parfois bien difficile de se mettre au clair sur tout ce que l’on sait faire et sur tout ce que l’on a fait sur un CV. Pour les personnes en situation de handicap, l’épreuve peut être grandement simplifiée grâce à la solution que propose Laëtitia Charrière, la fondatrice et présidente de MySkilliz. Cette start-up fondée en 2021 vient tout juste de récolter coup sur coup deux prix, l’un lors des Trophées d’insertion professionnelle du Medef et de l’Agefiph, l’autre lors du Start-up & Innovation Day avec le prix d’innovation sociale de BPGO.

Ces deux prix récompensent la dimension d’innovation sociale portée par cette jeune pousse implantée à Treillières, dans le nord de la Loire-Atlantique, à travers la conception d’un logiciel informatique. "Notre logiciel est au service du projet professionnel des personnes en situation de handicap accueillies en IME (Institut médico-éducatifs), en Esat (Établissements ou services d’aide par le travail) et en entreprise adaptée, explique la dirigeante. Nous rendons visible le travail, les savoir-faire et les compétences des personnes accueillies dans ces établissements. Par ailleurs, nous les aidons à repérer des possibilités de carrière nouvelles et participons à sécuriser leurs transitions professionnelles."

Une levée de fonds d’un demi million d’euros

En pleine croissance, MySkilliz, qui compte trois salariés, prépare une levée de fonds, située entre 400 000 et 600 000 euros, en 2024. "Pour ajuster au mieux notre besoin d’investissement, nous venons de rejoindre le programme d’accélération du réseau Atlanpole et ainsi bénéficier pendant 5 ans d’un accompagnement réservé aux start-up innovantes avec le soutien de l’Union européenne et la de Région Pays de la Loire, se réjouit Laëtitia Charrière. Par ailleurs, nous venons également d’intégrer le dispositif ADN Booster pour son tremplin tech puissant qui nous permettra de développer au mieux notre logiciel." La dirigeante se dit également prête à accueillir des investisseurs engagés sur cette thématique.

Aujourd’hui, une centaine d’Esat et d’IME ont acheté le logiciel de la start-up nantaise et près de 4 000 personnes l’utilisent, que ce soit les accompagnants des personnes en situation de handicap ou les personnes elles-mêmes. "MySkilliz place la personne au cœur de son projet professionnel avec un accès à son portail d’autoévaluation 100 % accessible en FALC (facile à lire et à comprendre), rapporte la dirigeante. Cette plateforme permet à l’usager de gagner en confiance sur ses capacités et compétences transversales et transférables à un autre secteur d’activité, par exemple, de la restauration aux espaces verts, de la blanchisserie à un atelier de mise sous plis."

Tableau de bord de la progression

Pour l’accompagnant, ce logiciel a les vertus d’un tableau de bord qui lui permet de cartographier l’ensemble des compétences et des savoir-faire de la personne, et ainsi de l’orienter au mieux dans son parcours professionnel en ayant une vue claire de sa progression. Cet outil, à l’interface pédagogique, permet par exemple de calculer un taux d’accessibilité précis pour un poste ou un métier. "L’idée, c’est que la personne puisse avoir un parcours qui lui permette d’aller jusqu’à l’insertion en milieu ordinaire, en toute autonomie."

En France, les Esat accueillent 120 000 personnes, tandis que 86 000 jeunes sont dans les IME. S’ajoutent 40 000 personnes travaillant au sein d’entreprises adaptées. "Notre ambition est de multiplier par dix le nombre d’utilisateurs, c’est-à-dire de passer de 4 000 à 40 000 en deux ans." "Une personne pourra garder sa progression professionnelle toute sa vie sans que cela soit perdu, estime la dirigeante. Pour nous, c’est un bond en avant numérique dans l’univers médico-social."

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition