Vendée

Industrie

Le fabricant d’essieux Monroc se diversifie dans le poêle à granulés

Par Amandine Dubiez, le 22 juillet 2020

Le fabricant vendéen d’essieux et de suspensions pour le machinisme agricole Monroc se diversifie en fabriquant des poêles à granulés. Avec cette nouvelle activité, Monroc compense une partie de la perte d’activité liée à la crise du Covid.

Poêle à granulé de la marque Cocon créée par l'industriel vendéen Monroc.
L'industriel vendéen Monroc, fabricant d'essieux et de suspensions pour le machinisme agricole, a créé la marque de poêle à granulé Cocon. — Photo : Monroc

Le premier poêle à granulé est sorti d’usine pendant le confinement. Il est l’aboutissement d’une aventure lancée il y a un an par deux frères entrepreneurs : Olivier Croix, dirigeant de la PME vendéenne Monroc (70 salariés, 12 M€ de CA consolidé), qui fabrique des essieux et suspensions pour le machinisme agricole, et son frère Laurent Croix, dirigeant du réseau de magasins de poêles et inserts Ambiances Flammes et du distributeur de poêles et chaudières à granulés et à bois Soluflam (40 salariés), basé à Angers. Ensemble, ils ont eu l’idée de commercialiser une nouvelle marque de poêles à granulés made in France baptisée Cocon.

Pour Monroc, cette diversification vers un marché totalement nouveau arrive à point nommé, au moment où le fabricant d’essieux installé à Saint-Étienne-du-Bois fait face à une baisse d’activité. Le confinement a en effet été annoncé au moment où la demande de ses clients évoluant dans le machinisme agricole, secteur qui représente 70 % de son activité, est normalement la plus forte, juste avant l’été et le début des récoltes agricoles.

Une diversification stratégique

Conséquence directe : Monroc anticipe une baisse de l’ordre de 20 % de son activité sur l’année 2020. « Jusqu’à présent, nous n’avons pas trop souffert. On voit bien que les défaillances de nos clients les plus fragiles sont à venir. Normalement, nous avons quatre ou cinq mois de carnet de commandes devant nous. Là nous avons bien moins », explique Olivier Croix. « Cette diversification est un pari que nous devons prendre. On est dans l’obligation d’essayer », poursuit le dirigeant qui réalise 60 % de son activité à l’export.

Ce pivot, Olivier Croix a voulu le faire en réfléchissant à l’impact de son activité sur l’environnement. « L’industrie est à un tournant de responsabilité face à son impact sur les ressources de la planète et aux émissions liées à son activité », confie-t-il. Il a donc voulu que cette nouvelle activité industrielle soit locale et se construise sur la base de produits responsables.

Un poêle "made in France"

Pour faire la différence sur ce marché concurrentiel du poêle à granulés, justement, Monroc prend le créneau du made in France. « Toutes les pièces sont fabriquées dans un rayon de 185 km », précise le dirigeant. Cocon s’engage également à recycler ses produits et à les remettre à la vente moins chers. « Cette seconde vie à prix réduit permet de rendre accessible les solutions de chauffage innovantes au plus grand nombre », explique Olivier Croix.

Les poêles à granulés sont vendus via internet mais aussi par le réseau de magasins Ambiances Flammes créé par son frère Laurent Croix il y a dix ans.

Poêle à granulé de la marque Cocon créée par l'industriel vendéen Monroc.
L'industriel vendéen Monroc, fabricant d'essieux et de suspensions pour le machinisme agricole, a créé la marque de poêle à granulé Cocon. — Photo : Monroc

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail