Vendée

Industrie

La PME Coferming liquidée malgré un carnet de commandes plein

Par Cyril Raineau, le 07 novembre 2022

Le tribunal de commerce de la Roche-sur-Yon a prononcé le 2 novembre la liquidation judiciaire de Coferming. Le concepteur et fabricant de coffres en bois pour fermetures, pourtant assis sur un carnet de commandes rempli pour un an, est victime de la hausse des matières premières.

Coferming était spécialiste des coffres en bois pour fermetures. L’entreprise vient d’être placée en liquidation judiciaire.
Coferming était spécialiste des coffres en bois pour fermetures. L’entreprise vient d’être placée en liquidation judiciaire. — Photo : Coferming

Des bas, des hauts et la chute. En 2021, Coferming, pouvait sabrer le champagne. Le concepteur de coffres en bois sur mesure pour diverses fermetures (volets roulants, stores…) sortait par le haut de son redressement judiciaire, prononcé en 2012. Et voyait même l’avenir avec confiance : son fondateur, Joseph Andureau, projetait de doubler le volume de production dans les trois à quatre ans. Le mercredi 2 novembre, la sentence est tombée. Le tribunal de commerce de La Roche-sur-Yon a prononcé la liquidation judiciaire. Les 60 collaborateurs se verront signifier jeudi 10 novembre, leur licenciement économique.

Une trésorerie pas assez solide

Pour qualifier cette situation, un mot vient à l’esprit d’Anne-Sophie Andureau, fille du dirigeant et chargée de communication à Coferming : "brutal". La situation s’est dégradée en un rien de temps, plus précisément entre mars et octobre 2022. "Nous avons subi une très forte hausse du prix des matières premières, décrypte-t-elle, que ce soit le bois, les moteurs, les volets, etc. Nous avions des engagements auprès de nos clients et ne pouvions modifier nos prix fixés par devis."

En outre, ces matières premières étaient livrées avec retard, entraînant par ricochet le non-respect des délais par Coferming puis, en conséquence, des pénalités de chantier. "Nous nous en serions peut-être sortis si nous avions eu une trésorerie saine, analyse Anne-Sophie Andureau. Mais elle n’était pas assez solide, nous sortions tout juste de notre période de redressement."

Un chiffre d'affaires en hausse

Pourtant, l’innovation que Coferming avait lancée pour se diversifier - un coffre en bois intelligent permettant de purifier l’air ambiant - avait stimulé l’activité de la PME. Loué par les professionnels du bâtiment, ce coffre était un moteur de la nouvelle croissance de l’entreprise. Après 6,5 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2020, elle avait atteint son objectif en atteignant la barre des 8 millions d’euros en 2021. Des travaux d’extension avaient même été engagés pour répondre à cette croissance.

Le retournement de situation est d’autant plus "rageant", pour reprendre le terme d’Anne-Sophie Andureau, que la PME avait un horizon tout tracé : son carnet de commandes était plein pour un an au moins.

La décision du tribunal de commerce a profondément affecté Joseph Audureau, qui avait donné naissance à Coferming à La Bruffière en 2002. "C’est vingt ans de sa vie. Nous espérons que la marque et les produits qu’il a créés perdureront", glisse sa fille.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition