Nantes

Industrie

Beem Energy cherche un entrepôt plus grand pour poursuivre sa croissance

Par Benjamin Robert, le 13 janvier 2023

La start-up Beem Energy, qui conçoit des kits de panneaux solaires pour les particuliers, s'est installée en septembre dans des locaux industriels au sein de la S-Factory, à Nantes, mais elle s’y sent déjà à l’étroit. L’équation du foncier n’est pas simple à résoudre afin d’accéder à la surface nécessaire tout en gardant un lien avec les équipes en bureaux, situées dans le centre-ville.

Beem Energy cherche de nouveaux locaux d'au moins 3 000 m² afin d'établir ses activités industrielles.
Beem Energy cherche de nouveaux locaux d'au moins 3 000 m² afin d'établir ses activités industrielles. — Photo : Benjamin Robert

Beem Energy se développe à la vitesse de la lumière. Lancée par trois associés en 2019 à Nantes, la start-up, qui conçoit des kits de panneaux photovoltaïques simples d'utilisation pour les particuliers, comptait déjà une douzaine de collaborateurs à l’été 2021. Elle emploie dorénavant d’une trentaine de salariés, et continue de grandir jour après jour. "Trois personnes nous ont récemment rejoints, et nous avons actuellement une quinzaine d’offres d’emploi ouvertes", témoigne Pierre-Emmanuel Roger, cofondateur et directeur technique de la start-up.

À la recherche d'un nouvel entrepôt

Cette hypercroissance se mesure autant dans les bureaux de Beem, situés en plein cœur de Nantes, que dans leur entrepôt situé dans l'accélérateur de start-up industrielles S-Factory à quelques kilomètres, dans le quartier du Bas Chantenay. "Nous nous y sommes installés en septembre. Nous y réceptionnons les panneaux, les testons, réalisons l’assemblage des kits, ainsi que l’envoi aux clients", poursuit le dirigeant. Néanmoins, après cinq mois de présence dans cet hébergement dédié de 900 m², la start-up est déjà à l’étroit et cherche à s’établir ailleurs.

L’objectif est de trouver un nouvel espace à Nantes, entre 3 000 et 5 000 m² afin de gérer la hausse des activités sans déménager trop régulièrement. "Pour l’instant, nous avons encore besoin de rester près de Nantes, afin de conserver un lien fort et quotidien avec nos équipes dans les bureaux", explique Pierre-Emmanuel Roger, qui ne se voile pas la face et sait qu’en poursuivant cette croissance, il faudra sûrement s’expatrier de plus en plus vers la périphérie.

L’ambition d’une fabrication française

Les panneaux solaires de Beem Energy sont actuellement fabriqués dans des usines en Europe et en Asie, avant d’être acheminés jusque dans l’entrepôt nantais. "Nous aimerions rapatrier cette étape de fabrication en France, mais n’avons pas encore trouvé l’équilibre nécessaire qui permettrait de vendre notre solution toujours à un prix compétitif", précise Pierre-Emmanuel Roger. Afin de rendre cette ambition envisageable, Beem Energy explore toutes les pistes. "Nous n’excluons pas d’ailleurs de réaliser la fabrication à l’avenir par nous-même", ajoute le dirigeant, mais cela induirait bien sûr encore un besoin d’espaces supplémentaires.

En parallèle, d’autres discussions sont menées sur le front du financement. Après avoir réalisé une levée de fonds de 7 millions d’euros en 2021 et multiplié son chiffre d’affaires (non communiqué) par quinze entre 2021 et 2022, Beem Energy financera ses futurs développements par le biais de fonds propres ou via une nouvelle levée de fonds. "Notre choix dépendra surtout de la vitesse de croissance que nous arriverons à adopter à l'avenir", pose le cofondateur.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition