Bretagne

Agroalimentaire

L’agroalimentaire breton continue d’embaucher malgré la crise

Par Baptiste Coupin, le 13 novembre 2020

Le secteur agroalimentaire breton recrute. C’est le message qu’envoient l’Association bretonne des entreprises agroalimentaires, Pôle Emploi et l’Apec avec la création d’une semaine de l’emploi dédiée à la filière, du 16 au 22 novembre 2020.

Mytilimer, société basée à Cancale, est spécialisée depuis toujours dans les moules. Elle élargit petit à petit ses marchés.
L'agroalimentaire breton recrute. Comme ici chez Mytilimer, groupe bretillien producteur de moules, d’huîtres et de coquillages. — Photo : Bruno de Oliveira

5 900. C’est le nombre d’offres d’emploi que recense actuellement Pôle Emploi pour le secteur agroalimentaire breton. 37 % de ces postes sont en CDI. Crise sanitaire ou pas, le premier secteur économique breton (plus de 70 000 salariés au sein de 4 000 sites et 33 milliards d’euros de chiffre d’affaires) reste un acteur dynamique et un employeur de premier rang. Certes pas sur ses niveaux records de recrutement de 2018 et 2019 (jusqu’à 9 000 CDI signés), mais avec des intentions d’embauche toujours nombreuses. « 78 % des entreprises de l’agroalimentaire envisagent soit de maintenir les recrutements qui étaient prévus avant la crise, soit de les augmenter », souligne ainsi Frédéric Sévignon, directeur régional de Pôle Emploi Bretagne.

Des besoins structurels de fonctionnement

« Le secteur a toujours eu besoin de recruter des candidats, éclaire Marie Kieffer, déléguée générale de l’ABEA (Association bretonne des entreprises agroalimentaires). Structurellement, les besoins en opérateurs, managers de proximité et équipes cadres sont toujours là. Le Covid-19 ne change pas la donne. » « Il y a aussi la pyramide des âges, qui fait que des salariés partent en retraite. Il faut les remplacer », complète Michel Le Bot, président de la commission paritaire régionale pour l’emploi et la formation professionnelle (CPREFP) du secteur alimentaire. Quant au reconfinement et ses impacts ? « Les entreprises qui ont comme principal débouché la restauration hors domicile voient leur activité atteinte, mais elles poussent alors sur un autre canal de distribution. Celles qui travaillent avec l’export ou la grande distribution tournent, elles, à plein régime », souligne Marie Kieffer. Toutes peuvent également prétendre mieux accueillir leurs personnels, ayant l’expérience de la gestion des cas contacts et des malades atteints du Covid-19, avec le premier confinement.

Une semaine de l’emploi

Pour anticiper ses besoins en recrutement - notamment intérimaires avec la préparation des fêtes de fin d’année -, la filière a décidé de se rassembler autour des acteurs de l’emploi régionaux, Pôle Emploi et l’Association pour l’emploi des cadres (Apec), pour créer une semaine spéciale agroalimentaire breton. Celle-ci se tiendra du 16 au 22 novembre, dans les quatre départements. À travers des actions en présentiel et en distanciel dans les 37 agences Pôle Emploi de Bretagne, elle mettra en lumière la diversité des métiers de l’agroalimentaire, les possibilités de formation et les opportunités d’emploi à saisir. L’Apec se mobilise de son côté pour créer un job dating 100 % digital. Huit entreprises régionales qui recrutent, ont répondu à l’appel : AgroMousquetaires, Goûters Magiques, Kermené Mix Buffet, Loste-Tradi France, Mytilimer, Triballat-Noyal et La Trinitaine. Durant plusieurs jours, elles seront mobilisées pour présenter leurs métiers, participer à des tables rondes virtuelles, proposer leurs opportunités d’emploi et rencontrer les candidats lors d’entretiens individuels, organisés en visio.

« La vie économique ne s’arrête pas »

« Même en période de confinement, la vie économique ne s’arrête pas. On ne peut pas être dans l’attentisme. C’est maintenant qu’il faut bouger », lance Gilles Gateau, directeur général de l’Apec. « Dans ce contexte morose, c’est un message fort que de dire que l’agroalimentaire maintient une dynamique autour de l’emploi », ajoute Marie Kieffer. 28 % des offres d’emploi cadres en Bretagne sont dédiées au secteur agroalimentaire. Les bassins de Rennes et de Lannion sont les principaux pourvoyeurs d’emplois.

Mytilimer, société basée à Cancale, est spécialisée depuis toujours dans les moules. Elle élargit petit à petit ses marchés.
L'agroalimentaire breton recrute. Comme ici chez Mytilimer, groupe bretillien producteur de moules, d’huîtres et de coquillages. — Photo : Bruno de Oliveira

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail