Ille-et-Vilaine

Emploi

Coronavirus : Hélys prône le travail partagé pour aider les entreprises à reprendre en souplesse

Par Virginie Monvoisin, le 29 avril 2020

Le groupement d'employeurs bretillien Hélys fait travailler une soixantaine de salariés à temps partagé. Une solution qui peut s'avérer payante pendant le déconfinement, pour sa souplesse. Si la moitié des salariés d'Hélys sont pour l'instant en chômage partiel, le groupement réalise aussi de nouveaux recrutements.

Caroline Thieffry, directrice du groupement d'employeurs Hélys, présent à Rennes et Vitré.
Caroline Thieffry, directrice du groupement d'employeurs Hélys, présent à Rennes et Vitré. — Photo : © Hélys

« La crise actuelle doit permettre aux entreprises de réfléchir à d’autres façons de fonctionner », estime Caroline Thieffry, directrice du groupement d’employeur bretillien Hélys, présent sur les bassins de Rennes et Vitré. L’entreprise employait, avant l’arrivée du coronavirus sur le territoire national, 64 salariés à temps partagé, pour le compte d’une centaine d’adhérents. La moitié d’entre eux sont aujourd’hui en chômage partiel. « Notre rôle est de leur apporter un soutien, de les rassurer, de répondre à leurs inquiétudes, en même temps que nous soutenons les entreprises et recueillons leurs besoins », assure Caroline Thieffry. Elle constate évidemment des disparités de situation chez ses adhérents, selon les secteurs d’activité. « Les sociétés de services craignent par exemple une répercussion sur leurs commandes jusqu’en fin d’année. Parmi elles, celles qui travaillent dans l’événementiel et la communication sont les plus durement touchées ». L’industrie agroalimentaire, elle, chute moins.

L’importance des postes de communication et de QSE

« Quoi qu’il en soit, on s’aperçoit que les entreprises qui ont anticipé en investissant dans l’emploi de salariés à temps partagé sur certaines fonctions ont opéré une stratégie payante, indique Caroline Thieffry, citant le cas d’un poste de responsable QSE (qualité, sécurité, environnement). L’entreprise s’est déjà habituée à avoir une démarche qualité et sécurité qui, avec l’arrivée du Covid-19, permet de mieux se remettre en question. Elles sont déjà en mode innovation et diversification, ce qui paie aujourd’hui pour s’en sortir ». De même, investir dans la communication n’est pas toujours le choix prioritaire des petites entreprises. « Or, en temps de crise, il est important de communiquer, au contraire ! C’est à ce moment-là qu’il faut être visible et ne pas relâcher sa présence », considère Caroline Thieffry. Hélys a d’ailleurs permis à une entreprise de recruter une community manager à temps partagé, en plein confinement.

Réfléchir à des solutions d’emploi locales et durables

« Un salarié à temps partagé limite les investissements dans certains postes. Cela permet de repartir le plus vite possible, avec prudence, mais sans remettre en cause sa stratégie », propose Caroline Thieffry. Une solution qui peut éviter de licencier. Pour Hélys (6 collaborateurs dans l’équipe pilote, 2,1 M€ de CA en 2019), l’enjeu est aussi de continuer à recruter pour les entreprises du territoire. Si beaucoup d’offres de postes ont été reportées ou gelées, d’autres sont actuellement réactivées, notamment sur des fonctions support. « Avec la crise, il va falloir réfléchir à des solutions durables et locales, le temps partagé en est une, lance Caroline Thieffry. En 2019, on constatait que les entreprises avaient du mal à recruter les bons profils, ne pouvant parfois pas aller au bout de leur stratégie voulue. Les cartes vont être rebattues ! »

Caroline Thieffry, directrice du groupement d'employeurs Hélys, présent à Rennes et Vitré.
Caroline Thieffry, directrice du groupement d'employeurs Hélys, présent à Rennes et Vitré. — Photo : © Hélys

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail