Rennes

Technologies

Broadpeak fait d'Eutelsat sa rampe de lancement

Par Anna Quéré, le 14 octobre 2019

En sollicitant une participation de l’opérateur de satellites Eutelsat, l'éditeur rennais de logiciels pour la distribution de contenus vidéo Broadpeak donne un coup d’accélérateur à sa croissance. Avec l'objectif de multiplier son chiffre d’affaires au moins par quatre dans les cinq prochaines années.

Jacques Le Mancq, PDG de l'entreprise rennaise Broadpeak.
Jacques Le Mancq, PDG de l'entreprise rennaise Broadpeak, s'apprête à recruter 50 nouveaux collaborateurs. — Photo : © Broadpeak

3 juillet 2019. L’opérateur de satellites Eutelsat annonce une prise de participation de près de 20 % au capital de Broadpeak. L'occasion pour la société rennaise, éditrice de logiciels de distribution de contenus vidéo, de s’offrir une véritable rampe de lancement pour croître tous azimuts.

Mutualiser les moyens technologiques

Avec une augmentation de son chiffre d’affaires (tenu secret) de 45 % sur les trois dernières années et de plus de 50 % depuis janvier 2019, la PME de 90 collaborateurs de Cesson-Sévigné, près de Rennes, a créé des conditions idéales pour lever des fonds. « Aujourd’hui, tout le monde s’intéresse à notre technologie, se réjouit Jacques Le Mancq, président de Broadpeak. Depuis mi-2017, de gros fournisseurs de contenus comme la chaîne américaine HBO ou des opérateurs comme l’allemand Deutsche Telecom et le russe Veon (200 millions d’abonnés mobiles dans le monde) ont décidé de signer des contrats avec nous : cela a ouvert notre potentiel de croissance. » Il poursuit : « Nos concurrents se sont restructurés, ce qui nous a permis de monter en première ligne. Le paysage s’est donc dégagé pour nous. Et quand ça arrive, c’est le moment d’accélérer. »

La participation de l’ordre de 10 M€ d’Eutelsat permettra à Broadpeak de financer le développement de services vidéo de nouvelle génération. Plus encore, c’est l’occasion pour ces deux partenaires de mettre en commun leurs moyens technologiques. Objectif : élargir leurs portefeuilles de services respectifs auprès des opérateurs télécoms, des groupes de médias et des fournisseurs de contenus.

90 % du CA à l’international

Créée au départ par une équipe de six ingénieurs venus de Technicolor, Broadpeak est devenue le leader mondial des technologies de diffusion de contenus numériques et de streaming vidéo, qui permettent de fournir aux utilisateurs une qualité optimale de visionnage, sur tout type d’écrans. « Depuis sa création en 2010, nous nous sommes développés sans capitaux externes. Nous avons tout fait en autofinancement et multiplié le chiffre d'affaires par vingt en l’espace de neuf ans », rend compte Jacques Le Mancq.

Créé en 2010, Broadpeak s'est imposé comme le leader mondial des technologies de streaming vidéo et de contenus numériques.
Créé en 2010, Broadpeak s'est imposé comme le leader mondial des technologies de streaming vidéo et de contenus numériques. - Photo : © Broadpeak

Parmi les 90 clients de Broadpeak : des opérateurs comme Orange ou Bouygues Telecom, mais aussi des fournisseurs de contenus aux États-Unis, en Amérique latine et en Asie. Présente dans plus de 15 pays, Broadpeak compte deux grosses filiales à Singapour et aux États-Unis (New York, Denver et Miami). Elle dispose aussi de bureaux locaux disséminés en Inde, au Japon et en Amérique latine. D’autres viennent d’ouvrir à Dubaï, en Espagne, en Pologne et en Australie, « Comme 90 % de notre chiffre d’affaires est réalisé à l’international, l’objectif c’est d’être toujours proche de nos clients. C’est l’essence même de notre business », détaille le dirigeant.

Vers une introduction en Bourse ?

La société compte aujourd’hui 130 salariés dans le monde, dont 90 à Cesson-Sévigné, installés sur la zone des Champs Blancs. « Nous restons profondément ancrés à Rennes. Ici, c’est l’endroit parfait pour investir. Les talents sont là, on a des ingénieurs très qualifiés. Nous bénéficions d’un écosystème porteur, avec des voisins comme Technicolor, l'institut de recherche technologique b-com, ou encore les laboratoires d’Orange. La Bretagne, ce n’est pas la Silicon Valley, mais je dis souvent que c’est un peu la 'forêt' des télécoms et de la vidéo en France », sourit Jacques Le Mancq.

Le nombre de salariés va encore s’étoffer d’ici à la fin de l’année : pour accompagner sa croissance audacieuse, la société s’apprête à recruter 50 nouveaux collaborateurs. « Il y a d’abord le volet commercial : on se doit d’être au plus près nos clients, dans nos centres d’excellence à Denver, Rennes, Singapour, et bientôt Dubaï. Mais la base, notamment la R & D, reste à Rennes : l’idée, c’est de faire grossir le site rennais », explique Jacques Le Mancq. La société comptera 180 collaborateurs d’ici à la fin de l’année, 200 dans un avenir proche.

Le dirigeant affiche des ambitions bien marquées : « Nous souhaitons multiplier le CA par 4 ou 5 dans les cinq prochaines années. Il y a plusieurs possibilités pour y parvenir, mais l’hypothèse que nous privilégions, c’est une introduction en Bourse, tout en rachetant d’autres entreprises qui ont des technologies adjacentes. » Une manière pour Broadpeak de convaincre de nouveaux clients et de développer encore l’innovation dans plusieurs domaines : la 5G mais aussi la publicité et même l’intelligence artificielle. Un déploiement qui va de paire avec des prouesses technologiques : Broadpeak a remporté pas moins de six prix d’innovation depuis le début de l’année, notamment au Nab Show de Las Vegas, auprès de l’association américaine des diffuseurs.

Jacques Le Mancq, PDG de l'entreprise rennaise Broadpeak.
Jacques Le Mancq, PDG de l'entreprise rennaise Broadpeak, s'apprête à recruter 50 nouveaux collaborateurs. — Photo : © Broadpeak

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.