Industrie

BA Systèmes : À la conquête de l'Europe avec ses chariots

Par Virginie Monvoisin, le 05 décembre 2008

À Mordelles, BA Systèmes invente des chariots sans conducteurs pour la manutention et le stockage. Un savoir-faire qui séduit des entreprises dans l'Europe entière, et permet à BA de faire chaque année de nouvelles conquêtes. Les dernières en date: Bridor et Heineken.
Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Lorsque Bretagne Automatismes est créée en 1975, l'entreprise fait figure de sous-traitant pour fabriquer des automatismes industriels. En 1982, la société découvre les chariots filoguidés (guidés par un fil incrusté dans le sol), un produit peu développé à l'époque. Bretagne Automatismes en fait sa spécialité, et c'est ce qui fera son succès. Aujourd'hui, les chariots que BA fabrique sont plutôt guidés par le laser. Mais le principe reste le même: créer des machines autonomes, guidées par un système de commande informatique. Depuis plus de 20 ans, BA fabrique donc des systèmes logistiques industriels par chariot sans conducteurs AGV (Automated Guided Vehicle). Ces appareils sont utilisés par des entreprises industrielles pour la manutention et le stockage. «Le chariot reçoit des ordres par radio, depuis un PC de supervision, afin d'apporter des objets sur les lignes de production ou vers l'expédition par exemple», explique Jean-Louis Thézé, directeur du développement et l'un des quatre actionnaires de l'entreprise. Les appareils peuvent revêtir différentes formes, selon la fonction que souhaite lui allouer l'entreprise cliente. «Certains chariots sont par exemple munis de fourches, de pinces, de bobines ou encore de plateaux élévateurs», indique le directeur.




De l'agroalimentaire au bâtiment, au cas par cas

L'adaptation au cas par cas selon les besoins du client, voilà ce qui fait la force de BA Systèmes, dans un marché européen très concurrentiel. Pour se faire une place sur ce marché, justement, l'entreprise mordelaise a misé aussi sur le développement d'outils informatiques. «Nous avons créé un AGV Manager, un logiciel qui pilote tous les flux de manutention. C'est notre savoir-faire». Pour concevoir les chariots, sept personnes travaillent dans la section R & D au développement de nouveaux produits. «Les adaptations de nos produits standards sont nécessaires pour satisfaire chaque client», justifie Jean-Louis Thézé. BA ne fabrique ainsi que des machines qui lui sont commandées, selon un cahier des charges à chaque fois très précis. «Nous essayons de comprendre comment travaille notre client afin de lui proposer une solution finale. Nous nous adaptons à différents domaines d'activité. Cela peut aller de l'embouteillage à l'agroalimentaire en passant par l'industrie chimique, les équipementiers, le bâtiment ou encore les hôpitaux ou imprimeries».




800 chariots en Europe

Au total, BA a installé 800 chariots à travers l'Europe (80% en France et 20% à l'étranger). Pour asseoir cette présence internationale, l'entreprise dispose de bureaux à Paris et Lyon, mais aussi d'équipes de commerciaux en Espagne, Italie, Danemark ou Pays-Bas. «Des agents et des partenaires sont aussi sur place pour vendre et réaliser la maintenance de nos appareils», précise le directeur. Car BA propose en effet des solutions complètes. Pas question de livrer un chariot sans les compétences qui vont avec. «L'installation est faite pour durer quinze ans. Nous devons garantir la mise à niveau des informations, nous réalisons la maintenance et les corrections nécessaires à l'évolution d'une usine, comme l'ajout de lignes de productions par exemple». La télémaintenance à distance est même possible depuis peu, pour faire gagner du temps au client.




Des marchés de 200.000€ à 3M€

Un service constant (représentant 25% du CA) qui encourage les entreprises à se tourner vers BA. «Nous obtenons environ 50 nouveaux marchés par an», annonce Jean-Louis Thézé. Parmi eux, Bridor, Entremont, ou encore Heineken, qui a récemment commandé de nouveaux chariots pour son usine espagnole de Séville et celle de Lille; Placo (région parisienne) qui en a acheté 17; et SD Log (LeHavre) qui a fait appel à BA pour la mise en service d'un entrepôt de logistique. Début 2009, l'entreprise doit aussi installer des chariots à Vittel pour Nestlé Waters. «Chaque projet est négocié et travaillé par des ingénieurs pendant six mois ou un an avant d'être mis en place chez le client», précise Jean-Louis Thézé. Chaque projet coûte entre 200.000€ et 3M€ aux clients de BA Systèmes, qui «vend un système, pas un simple produit».

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail