Somme

BTP

Innovation

Lemaitre réemploi valorise les matériaux de construction usagés

Par Lise Verbeke, le 11 octobre 2023

À Huchenneville, dans la Somme, le spécialiste de la démolition et du désamiantage Lemaitre réemploi, récupère les matériaux de structure des bâtiments pour les réutiliser dans de nouvelles constructions. Une démarche novatrice en France, qui séduit entreprises, collectivités et particuliers.

Lemaitre Réemploi déconstruit et démantèle les structures des bâtiments pour les réutiliser dans une nouvelle construction.
Lemaitre Réemploi déconstruit et démantèle les structures des bâtiments pour les réutiliser dans une nouvelle construction. — Photo : Lemaitre réemploi

Avant de créer Lemaitre Réemploi à Huchenneville, dans la Somme, Maxime Lemaitre était ingénieur en déconstruction et désamiantage à Amiens métropole. "Après chaque chantier, à force de voir les bennes se remplir de matériaux encore en très bon état, je me suis dit qu’il fallait agir. Je suis fils d’agriculteur : on m’a toujours inculqué de ne pas gaspiller". L’idée lui trotte dans la tête pendant des années, "mais tout le monde me prenait pour un fou". Pourtant, selon lui, ce n’est que du bon sens. "Aujourd’hui, nos déchets de matériaux, comme les poutres, partent en Inde ou en Chine. Elles sont refondues et reviennent ici avec 30 % de qualité en moins. Il faut donc des hauteurs de poutre plus grandes pour compenser cette baisse de qualité. C’est une aberration écologique."

De nombreux freins

En 2021, il décide de lancer son entreprise, qui compte aujourd’hui une dizaine de salariés. Après un diagnostic structurel, il déconstruit manuellement des bâtiments de type hangar ou friche industrielle, tout en conservant les matériaux de structures, ossatures, en bois ou métal. "Lorsque l’on remporte un appel d’offres de déconstruction, les matériaux, considérés comme des déchets nous appartiennent". Mais il rencontre très vite une première difficulté. Pour réutiliser les matériaux dans une nouvelle construction, il faut les renormer, contrôler la densité de la matière, la solidité, etc. "J’ai démarché des dizaines de bureaux d’études, personne ne voulait se mouiller, pourtant je leur disais que si la poutre est démontée proprement, quel est le problème ?". Il finit par trouver un bureau d’études à Amiens qui accepte de le suivre. L’autre frein majeur, ce sont les assurances. "Cela fait 3 ans que j’y travaille, elles sont frileuses, avec cette peur d’assurer un bâtiment fait avec des matériaux réutilisés et qui va recevoir du public". À force de ténacité, il trouve "avec soulagement", en début d’année, une assurance. Aujourd’hui, il peut donc proposer une garantie décennale à ses clients et une assurance dommages ouvrage, "je suis le seul à faire ça en France", assure le dirigeant. Son entreprise est rentable, et son chiffre d’affaires (non communiqué) a triplé en un an.

Un showroom à Abbeville en 2024

Ses clients, basés dans les Hauts-de-France, voient l’intérêt de construire des bâtiments neufs avec du vieux, notamment car cela revient 15 à 20 % moins cher. 60 % de ses clients sont des collectivités : "je démonte des friches, puis réutilise les matériaux dans des projets que les villes ont, ailleurs". Le reste de sa clientèle se compose d’industriels et de particuliers, "un marché qui se développe avec la mode des lofts. L’objectif est que cela représente 20 % de notre activité". Accompagné par l’agence Hauts-de-France innovation et développement, "les seuls à avoir cru en moi dès le début", Maxime Lemaitre a réussi à obtenir un prêt bancaire (dont il ne communique pas le montant), pour investir dans un showroom à Abbeville. 5 000 m² composés à 75 % de matériaux réemployés, pour une réception prévue en septembre 2024. "Ce sera un bâtiment totem, notre vitrine, pour prouver que réemployer les matériaux, c’est l’avenir".

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition