Réseaux

Election au Medef : le nordiste Frédéric Motte à la recherche d'une stature nationale

Par Jeanne Magnien, le 16 avril 2018

Dans la course à la présidence nationale du Medef, le candidat nordiste Frédéric Motte, président du Medef Hauts-de-France, est parti parmi les premiers en décembre. Adepte d'une vision européiste du syndicat patronal, il maintient le rythme pour tenter de distancer ses huit adversaires avant les élections de juillet.

Frédéric Motte, président du Medef Hauts-de-France et candidat à la présidence nationale du Medef.
« Je veux un Medef vigoureusement proeuropéen (...) qui se mobilise pour accompagner les entreprises à oser l’international », expose Frédéric Motte, président du Medef Hauts-de-France et candidat à la présidence nationale du Medef. — Photo : Medef

Malgré ses huit challengers, Frédéric Motte intensifie sa campagne pour la présidence nationale du Medef. Le président du Medef Hauts-de-France, déjà vice-président du Medef national et réputé proche de Pierre Gattaz, tente notamment de gagner en notoriété au niveau national, où il estime être peu connu. Tout en assurant être déjà bien identifié par les décideurs parisiens. « C'est incroyable le nombre de rendez-vous, officiels et officieux, que j'ai en ce moment, notamment à Paris où je rencontre énormément de monde. Je sens qu'il y a un réel intérêt pour ma candidature, ce n'est pas que de la curiosité », glissait-il il y a quelques semaines.

Hors Paris, le candidat multiplie donc les déplacements, comme à la Réunion, début avril, où il a rencontré les chefs d'entreprises locaux.

Réformer en profondeur le syndicat

Sous le slogan « Ensemble, transformons le Medef ! », le patron du Medef Hauts-de-France propose une vision européiste du syndicat patronal, ayant au cœur de ses préoccupations la transformation numérique des entreprises. « Je veux un Medef vigoureusement proeuropéen, à la pointe de l’harmonisation fiscale, qui se batte pour établir un marché unique équitable, qui se mobilise pour accompagner les entreprises à oser l’international », expose Frédéric Motte sur son site de campagne.

Le candidat se veut porteur d'une réforme en profondeur du syndicat patronal, qu'il souhaite plus proche des dirigeants de TPE-PME, à même de les accompagner au quotidien, et notamment sur les question de gestion des ressources humaines, « le défi numéro un » de ces dirigeants dans les années à venir selon lui, comme il l'a souligné lors d'un débat opposant les neuf candidats, mi-avril. 

Entrepreneur et homme politique

Président depuis 2013 du Medef du Nord-Pas-de-Calais, devenu Hauts-de-France en 2016, Frédéric Motte, 53 ans, a débuté sa carrière dans la banque. En 1996, il reprend une entreprise industrielle et crée le groupe Cèdres Industries (400 salariés), à Bondues, dans le Nord. En parallèle il se lance en politique, comme conseiller municipal à Armentières (1989-1992), maire de Beaucamps-Ligny (1999-2014), et vice-président au sein de Lille Métropole Communauté urbaine (1995-2001). Une expérience politique qu'il met régulièrement en avant lors de ses échanges avec les collectivités, comme récemment, à propos de la fiscalité locale des entreprises.

Il a également présidé le Ceser Nord-Pas-de-Calais entre 2007 à 2013. Il est depuis 2015 vice-président du Medef national, en charge du pôle branches, mandats et des territoires.

Frédéric Motte, président du Medef Hauts-de-France et candidat à la présidence nationale du Medef.
« Je veux un Medef vigoureusement proeuropéen (...) qui se mobilise pour accompagner les entreprises à oser l’international », expose Frédéric Motte, président du Medef Hauts-de-France et candidat à la présidence nationale du Medef. — Photo : Medef