Saint-Brieuc

Commerce

Saint-Brieuc : Le patron de Jolybas récuse toute fermeture en catimini de son magasin

Par Julien Uguet, le 29 septembre 2015

Patron de l’enseigne Jolybas à Saint-Brieuc, Serge Tomine tord le cou à la rumeur en confirmant que la fermeture de son magasin de lingerie ne s’est pas réalisée dans la précipitation. Le bail avait été dénoncé il y a six mois pour des raisons économiques.
Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

« Non, le magasin n’a pas été fermé en catimini comme certains le prétendent. Dénoncé à ma demande, le bail se termine mardi 30 septembre 2015. Je serais d’ailleurs présent pour remettre les clés au propriétaire. » Patron de l'enseigne Jolybas à Saint-Brieuc, Serge Tomine est catégorique sur les conditions de fermeture de l’un des points de ventes les plus anciens du centre-ville briochin.

« L’unique employée était informée que cette succursale allait baisser le rideau. Nous lui avons proposé des solutions de reclassement à Vannes et Lorient. Elle a refusé. Tout a été effectué dans les règles, lettres recommandées à l’appui. Nous sommes venus vider le magasin et récupérer le stock lundi 28 septembre. Je n’ai rien à cacher. »

Un magasin historique de Saint-Brieuc

Cette fermeture traduit une nouvelle fois les difficultés de la préfecture des Côtes-d'Armor pour créer une dynamique durable autour de ses commerces situés en hyper-centre. « L’activité était en chute libre depuis plus d’un an, ajoute Serge Tomine. Je n’avais pas d’autres choix que de dénoncer le bail il y a six mois. Nous étions présents à Saint-Brieuc depuis 1962, d’abord rue Saint-Guillaume, puis à partir de 1979, rue du Chapitre. Depuis notre siège social, basé à Rennes, nous allons désormais concentrer nos efforts sur nos quatre autres magasins de Lorient, Vannes, Rennes et Nantes. »

Pour en savoir plus sur les commerces vides à Saint-Brieuc, cliquez ici.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition