Investissement

Ouest : Agromousquetaires investira 50 M€ dans un plan « pêche durable » d’ici 2025

Par S.B, le 29 mars 2016

Agromousquetaires investira 50 M€ dans son plan « pêche durable 2025 ». Dans un communiqué, le pôle agroalimentaire du groupement des Mousquetaires indique, en lançant ce plan, vouloir « renforcer sa stratégie de pêcheur-poissonnier responsable ».

Le port de pêche de Lorient, premier port en valeur de France.
Le port de pêche de Lorient, premier port en valeur de France. — Photo : DR

Ce plan « pêche durable 2025 » doit intégrer toute la filière Mer des Mousquetaires, depuis la pêche jusqu’à la commercialisation dans les rayons marées d’Intermarché, en passant par le filetage et la préparation de poissons dans les unités de transformation de Capitaine Houat, filiale d’Agromousquetaires basée à Lanester (220 salariés ; CA 2014 : 240 M€).

Investissements dans de nouveaux armements

D’ici 2025, Agroumousquetaires ambitionne également de désengager la Scapêche du chalutage en eau profonde. L’armateur, basé à Lorient, a déjà cessé depuis début 2015 de pêcher au-delà de 800 m de profondeur. L’arrêt de la pêche et de la commercialisation des espèces de grands fonds, « sera progressif sur cette période, avec l'objectif d'un arrêt complet en 2025 », assure le communiqué.

Pour atteindre cet objectif, la Scapêche compte « obtenir de nouveaux droits de pêche sur d'autres espèces : lieu noir, églefin, cabillaud, lotte ou encore merlu », ainsi que « réaliser des investissements dans de nouveaux armements ». Notamment pour développer la flotte dans la pêche côtière et artisanale.

En mars dernier, la Scapêche a ainsi acquis le Jimorhan, un sardinier bolincheur de 16,95 m. Sa filiale, la Scopale, armement coopératif basé à Boulogne-sur-Mer, a lancé la construction de trois nouveaux bateaux. La Scapêche est également montée dans le capital de l’Armement Bigouden, dont elle détient désormais 19,87 % des parts.

Tous les emplois conservés

La Scapêche emploie 240 marins et une trentaine de personnes à terre. Avec 23 navires, dont 15 chalutiers, l'armement lorientais a débarqué en 2015 près de 15.500 tonnes de poisson pour une valeur de 43,4 M€ à la première vente.

Sur le volet social, la priorité du plan « pêche durable 2025 » d’Agromousquetaires est de conserver la totalité des emplois.

Le port de pêche de Lorient, premier port en valeur de France.
Le port de pêche de Lorient, premier port en valeur de France. — Photo : DR

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.