France

Emploi

Hope, un programme pour former et accompagner les réfugiés 

Par Jéromine Doux, le 14 novembre 2018

Né il y a un peu plus d'un an, le programme "Hope" vise à former jusqu'à 1 000 réfugiés aux métiers en tension. Il a été mis en place à la suite d'un projet expérimental lancé dans le Nord, auprès de 200 réfugiés de la "jungle" de Calais. 

Touhami et Mohammad, venus du Soudan, vont être formés au métier d'agent d'entretien du bâtiment, à La Roche-sur-Yon.
Touhami et Mohammad, venus du Soudan, vont être formés au métier d'agent d'entretien du bâtiment, à La Roche-sur-Yon. — Photo : Jéromine Doux - Le Journal des Entreprises

Hope est né en septembre 2017, à Paris. Une initiative de l'Afpa, soutenue par les ministères de l’Intérieur, du Logement, du Travail et sept Opca, dont le fond d’assurance de formation du travail temporaire (FAF-TT), qui coordonne le dispositif. Le programme veut permettre à 1 000 réfugiés de bénéficier d’un parcours d’insertion. Il succède au projet expérimental "Pilot", mis en place auprès de 200 réfugiés de la jungle de Calais. Dès le mois d’octobre 2017, 70 demandeurs d'asile ont été formés en Bourgogne-Franche-Comté. Désormais, 31 centres Afpa, répartis dans 12 régions, dont les Pays de la Loire, sont concernés.

Accompagnement des réfugiés

Pendant toute la durée de la formation Hope, les apprentis peuvent être logés et nourris à l’Afpa, le centre de formations pour adultes. Ce programme est cofinancé par Pôle Emploi, l’Etat et les entreprises. Pendant les onze premières semaines d’apprentissage du français, Pôle Emploi leur verse une allocation et les réfugiés sont logés gratuitement. Puis ils signent un contrat de professionnalisation ou un contrat de développement professionnel intérimaire. Ils sont alors rémunérés par leur entreprise - une agence d’emploi la plupart du temps - pendant les treize semaines d’apprentissage du métier. Une période durant laquelle ils suivent également quatre semaines de stage. Là encore, ils peuvent être logés à l’Afpa, mais doivent verser 150 € par mois à l’organisme.

En parallèle, les apprentis sont accompagnés dans leurs démarches administratives, informés sur leurs droits, leur santé ou leur recherche de logement. Action Logement épaule les agences d’emploi pour trouver des habitations à loyer modéré. Une mission délicate, puisque les déplacements sont un frein. Faute de moyen de transport, les réfugiés doivent souvent être logés au plus près de leur entreprise. Pas évident lorsque les sociétés sont implantées dans des zones industrielles ou artisanales.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition