Brest

Assurance

Investissement immobilier

Depuis son nouveau siège brestois, Suravenir multiplie les partenariats pour se développer

Par Jean-Marc Le Droff, le 20 octobre 2023

Suravenir, la filiale d’assurance-vie et de prévoyance du Crédit Mutuel Arkéa, vient d’inaugurer son nouveau siège social à Brest. De quoi répondre à des besoins de recrutement croissants liés à une stratégie de partenariats qui lui permet de continuer à se développer sur un marché très concurrentiel.

De gauche à droite : François-Régis Bernicot, président du directoire de Suravenir, Dominique Collot, directrice marketing et communication, et Véronique Urvoy, directrice des ressources humaine et secrétaire générale de Suravenir.
De gauche à droite : François-Régis Bernicot, président du directoire de Suravenir, Dominique Collot, directrice marketing et communication, et Véronique Urvoy, directrice des ressources humaine et secrétaire générale de Suravenir. — Photo : Jean-Marc Le Droff

Suravenir poursuit son développement depuis Brest, où l’entreprise emploie près de 400 collaborateurs dans près de 35 métiers différents, auxquels s’ajoute une vingtaine de collaborateurs à Paris et en régions.

Pour continuer à se développer, cette filiale d’assurance-vie et de prévoyance du Crédit Mutuel Arkéa qui, avec 50 milliards d’encours (en croissance de 1 % en 2022), se classe dans le top 10 des compagnies d’assurance-vie en France, a embauché une quarantaine de nouveaux collaborateurs ces deux dernières années. Elle cherche actuellement à en recruter une dizaine de plus. Et c’est justement pour absorber au mieux cette montée des effectifs qu’elle vient d’inaugurer son nouveau siège social à Brest, à deux pas de l’ancien. Un investissement 3 millions d’euros pour réaménager un bâtiment de 4 000 m² datant des années quatre-vingt-dix.

Distribution externalisée et investissements locaux

Sur un marché de l’assurance-vie très disputé, Suravenir a réalisé une collecte brute qui atteint les 4,5 milliards d’euros. "Notre grande singularité, c’est que nous ne distribuons pas nos produits en direct", explique François-Régis Bernicot, le président du directoire de Suravenir. "Nous passons plutôt par des distributeurs tels que le Crédit Mutuel Arkéa, Fortuneo ou Yomoni. Et nous avons également noué de nombreux partenariats avec des cabinets de conseil en gestion de patrimoine, au point de réaliser 65 % de notre activité avec des partenaires externes", confie-t-il. Parmi les partenariats récents, il cite notamment une prise de participation au capital Nexity, le poids lourd de l’immobilier avec lequel il va lancer un contrat d’assurance-vie 100 % digital, ou encore dans la start-up Colbr, une banque privée en ligne avec laquelle elle va lancer une offre à destination des millénials. De quoi élargir encore ses canaux de distribution sur internet.

"L’autre particularité de Suravenir, c’est que nous investissons énormément sur nos territoires. Nous avons par exemple 170 millions d’euros d’encours dans les CHU de Brest et Bordeaux", souligne François-Régis Bernicot.

Vers une finance plus responsable

"Un autre point important de notre stratégie réside dans notre politique volontariste en matière de finance durable", insiste le président. "Nous avons ainsi pris cinq ans d’avance sur notre plan en supprimant totalement notre exposition à des fonds en euros liés à l’économie charbonnière. Nous achetons également beaucoup de green bonds et nous nous interdisons de référencer des fonds euros qui n’intègrent pas nos critères ESG. Nous référençons également des fonds à impact positif et, en mars dernier, nous avons créé le fonds Suravenir Infrastructures Durables avec Swen Capital Partners. À travers toutes ces actions, notre objectif est de flécher l’épargne de nos clients pour financer les transitions", détaille François-Régis Bernicot. Une démarche RSE qui se traduit aussi en interne, avec l’engagement de Suravenir de réduire de 16 % son bilan carbone à l’horizon 2024.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition