Côtes-d'Armor

Industrie

L'imprimerie Guivarch à Plérin investit 1 M€ pour ses 40 ans

Par Julien Uguet, le 10 novembre 2017

Pierre-Yves Kerriou et Sylvie Le Cam, co-gérants de l'imprimierie Guivarch à Plérin. — Photo : Julien Uguet / Journal des entreprises

Une histoire d’homme et de femme pimentée d’un brin de hasard. Voilà comment pourrait se résumer l’histoire de l’imprimerie Guivarch à Plérin qui vient de fêter ses 40 ans. La PME costarmoricaine ne doit son existence et sa longévité qu’à une série de rencontres plus fortuites que provoquées. A commencer par son fondateur, Jean-Marie Guivarch qui décide, en 1977, de se lancer dans l’imprimerie après être allé chercher des fournitures chez un imprimeur à la demande de son patron géomètre.

 

Révolution du numérique

En 1996, l’imprimeur de Saint-Brieuc déménage à Plérin dans un ancien local d'un éditeur de cartes postales. Six ans plus tard, Jean-Marie Guivarch poste une petite annonce pour vendre son entreprise à l’occasion de son départ prochain à la retraite. Cadre installé en région parisienne, Bernard Isabet tombe dessus par hasard. « J'ai débuté dans la chaudronnerie puis évolué dans le secteur de la photogravure. Je ne connaissais rien à l’imprimerie mais j’avais le souci de préserver un savoir-faire unique. » Intelligemment, Bernard Isabet s’associe avec Sylvie Le Cam qui connait bien cet univers. Guivarch compte alors dix salariés.

Pendant 11 ans, les deux associés n’auront de cesse de moderniser en profondeur l’entreprise à coup d’acquisition d’équipements innovants afin d’accroître le portefeuille de clients et diversifier les marchés (50 % entreprises, 35 % collectivités, 15 % particuliers). Cette période sera marquée par le rachat de son confrère Jacq à Saint-Brieuc, en 2004, puis de l’imprimerie du Centre-Bretagne à Loudéac en 2012. « Nous avons vécu la révolution numérique de l’intérieur, s’amuse Bernard Isabet. Il a fallu prendre des risques financiers importants car les investissements se comptaient en centaines de milliers d’euros. »

 

Croissance à Dinan

En 2013, Bernard Isabet passe la main à un banquier d’affaires, connaisseur du monde de l’entreprise, mais comme ses prédécesseurs peu au fait du monde de l’imprimerie. En conservant une association à trois, avec Sylvie Le Cam et Yannick Simonet, Pierre-Yves Kerriou relève le challenge. Après trois ans de consolidation, ils lancent un vaste chantier de modernisation matérialisée par un premier investissement de 250.000 euros dans un centre CTP en 2016. « A l’occasion de nos 40 ans, nous venons de mettre en service une nouvelle presse offset pour, cette fois, un investissement d’un million d’euros, précise Pierre-Yves Kerriou. Ce saut technologique était nécessaire pour rester compétitifs et réactifs, le nerf de la guerre de notre métier actuellement. »

Confiante dans l’avenir de son secteur, l’imprimerie Guivarch (2,6 millions d’euros de chiffre d’affaires, 17 salariés) vient de finaliser le rachat de son confrère de Dinan, l’imprimerie Duguesclin (2 salariés, 250.000 euros de chiffre d’affaires). « Nous croyons au maillage de proximité dans nos métiers. Certes, la modernisation des outils est stratégique, mais la proximité avec les clients l’est tout autant. »

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture