Côtes-d'Armor

Événementiel

Le spécialiste des salons Expo Ouest International repart de plus belle

Par Matthieu Leman, le 16 septembre 2021

Secoué durement par la crise sanitaire, l’installateur général de salons costarmoricain Expo Ouest International a pu conserver ses huit salariés et se maintenir hors de l’eau, grâce notamment à l’aménagement de centres de vaccination.

Une partie de l’équipe d’Expo Ouest International, qui est restée au complet malgré les conséquences de la crise sanitaire sur la filière évenementielle.
Une partie de l’équipe d’Expo Ouest International, qui est restée au complet malgré les conséquences de la crise sanitaire sur la filière évenementielle. — Photo : Pierre Guerin

Laurent Colsenet, président d’Expo Ouest International, basé à Plouër-sur-Rance (Côtes-d'Armor), a vécu la crise sanitaire et ses conséquences sur son entreprise avec philosophie, malgré l’ampleur de la déflagration. En mars 2020, "la trappe s’est ouverte et on est tombé dedans", se souvient-il. L’installateur général de salons, de la conception à la réalisation, revendiquait 1,7 million d’euros de chiffre d’affaires en 2019. En 2020, l’activité est tombée à 600 000 euros. "Sans les aides et le chômage partiel, c’était fini pour l’entreprise", estime le Costarmoricain, qui a également dû recourir à des prêts, notamment un prêt garanti par l’État. Grâce à ce soutien gouvernemental, il a pu conserver ses huit salariés.

Mais cette inactivité avait tout l’air d’un "drame" pour l’entreprise née en 1999. "Très vite, nous avons eu l'idée d'éditer une plaquette que l’on a envoyée au ministre de la Santé pour lui proposer l’agencement de centres de vaccination provisoires, avant même qu’on en parle. Et nous avons eu une réponse positive." Les réalisations qui ont suivi (centres de Brest, Saint-Brieuc, Dinan…) ont permis à Expo Ouest International de maintenir un peu d’activité.

Opportunités de diversification

Mais ce n’est qu'en cette rentrée 2021 que la machine se remet vraiment en route. Et elle frise même la surchauffe. "Les salons du printemps ont été reportés à l’automne. Nous avons donc une très grosse charge de travail. Tous les feux sont au vert aujourd'hui, même si l'on est toujours inquiet de l’apparition d’un cluster, par exemple", décrit Laurent Colsenet.

Si les six premiers mois de l’année ont encore empêché un retour à la normale (entre 800 000 euros et un million de chiffre d'affaires prévus en 2021), celui-ci est attendu pour 2022. Les carnets de commandes sont pleins. Et de nouvelles opportunités sont apparues. "Nous regardons les diversifications possibles, comme l’aménagement de bureaux provisoires ou le recloisonnement des grandes plateformes de bureaux", expose l'entrepreneur.

Une partie de l’équipe d’Expo Ouest International, qui est restée au complet malgré les conséquences de la crise sanitaire sur la filière évenementielle.
Une partie de l’équipe d’Expo Ouest International, qui est restée au complet malgré les conséquences de la crise sanitaire sur la filière évenementielle. — Photo : Pierre Guerin

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail