Rhône

Pharmacie

Interview Sanofi : "La production de vaccins pour Janssen débutera à la fin de l'été"

Entretien avec Alain Denis, directeur du site Sanofi de Marcy-l'Etoile

Propos recueillis par Audrey Henrion - 25 février 2021

Le site industriel et de R & D Sanofi de Marcy-l’Étoile (Rhône) est l’un des plus grands centres mondiaux de production de vaccins du groupe. Dès la fin de l’été et jusqu’à fin 2021, il va prendre en charge trois étapes de fabrication du vaccin contre le Covid-19 mis au point par Janssen, la filiale du groupe américain Johnson & Johnson.

Alain Denis, directeur du site de Sanofi à Marcy-l'Étoile (Rhône).
Alain Denis, directeur du site de Sanofi à Marcy-l'Étoile (Rhône). — Photo : Vincent Mongorge

Vous dirigez à Marcy-l’Étoile un site de production de vaccins de 3 500 personnes.  75 % sont dédiés aux affaires industrielles et 25% à la R & D. En quoi consiste l'activité "vaccin" du site ?

Alain Denis : Marcy-l’Étoile regroupe toutes les équipes qui participent à la fabrication des vaccins, depuis la production des lots de semence, c’est-à-dire des souches qui rentrent dans les combinaisons vaccinales, jusqu'à la fabrication industrielle comprenant la formulation du vaccin, la répartition aseptique (le remplissage des flacons, NDLR), l'étape de mirage pour contrôler unitairement les flacons, jusqu’aux opérations de conditionnement. S’y ajoutent les équipes en charge du contrôle de production et les fonctions support.

Comment vous apprêtez-vous à accueillir la production, à hauteur de 12 millions de doses par mois, du vaccin contre le Covid-19 mis au point par Janssen, filiale du groupe Johnson & Johnson ?

A. D. : D’un point de vue opérationnel, nous avons formé une équipe "projet" d’une dizaine de personnes afin de mettre au point les différentes étapes de formulation, de répartition et d’inspection visuelle, plus l’ensemble des tests associés. Nous mobilisons à la fois des collaborateurs en charge des transferts de technologies, avec des expertises scientifiques et techniques poussées, mais aussi des équipes de production opérationnelle et les fonctions qualité, sécurité et techniques. 

Est-ce compatible avec le flux de production "normal" du site ?

A.D. : Nous produirons exactement ce qui était prévu en 2021, sans aucun compromis par rapport au partenariat conclu avec Johnson & Johnson. Nous évaluons à 900 millions de doses notre production annuelle. Ce chiffre comprend à la fois les produits qui sortent sous forme de flacons, prêts à être commercialisés et injectés par les professionnels de santé, mais aussi les productions intermédiaires nécessaires à la fabrication de vaccins pouvant servir d’autres entités du groupe. Par exemple, nous sommes l’un des plus grands sites mondiaux de production de vaccins contre la polio, et nous produisons aussi des vaccins contre le tétanos, la coqueluche ou l’haemophilus influenzae.

"Nous allons adapter nos équipements à l’intérieur de ces bâtiments pour pouvoir répondre à la technologie nécessaire"

Combien de salariés seront ensuite mobilisés lors de la fabrication du vaccin de Janssen ?

A. D. : Nous sommes en train d’évaluer nos besoins, il s’agira de quelques dizaines de personnes mais c’est difficile à ce stade d’être plus précis. Nous lancerons la production à partir de la fin de l’été jusqu’à la fin de 2021, soit la durée de l’accord avec Johnson & Johnson. Nous allons adapter nos équipements à l’intérieur des bâtiments pour pouvoir répondre à la technologie nécessaire. Nous allons prendre en charge les opérations de formulation, de remplissage, d'inspection visuelle et de contrôles associés du vaccin que Janssen nous fera parvenir. Ils sortiront de notre site sous forme de flacons, qui seront ensuite renvoyés à Janssen, lequel se chargera du conditionnement et de la distribution des vaccins.

Cette production est-elle destinée à la France exclusivement ?

A. D. : Il s’agit là de la responsabilité de Johnson & Johnson. Notre accord ne comprend pas le conditionnement final des vaccins.

Comment se gère dans ces circonstances exceptionnelles la notion de propriété intellectuelle et transfert de technologie ?

A. D. : Je suis en charge du site de production, ceci dépasse mes compétences.

Fabriquer pour un concurrent, c’est presque inédit dans l’histoire de Sanofi ?

A. D. : Oui il me semble ! À l’exception de l’accord que Sanofi a conclu avec Pfizer-BioNTech aux termes duquel nous contribuons à la fabrication et à la fourniture de plus de 125 millions doses du vaccin Covid-19. Mais la situation est également sans précédent. Sanofi reste toutefois très engagé dans la lutte contre cette pandémie. D’ailleurs notre priorité numéro un reste la mise à disposition de nos deux candidats vaccins, celui à protéine recombinante développé en collaboration avec GSK, et celui à ARNm en partenariat avec Translate Bio.

Un quart des collaborateurs de Marcy-l’Étoile sont rattachés à la R & D. Vos équipes participent-elles à cette recherche de candidats vaccins ?

A. D. : Absolument, les équipes qui travaillent sur ces recherches sont basées aux États-Unis mais aussi en France, et notamment sur le site de Marcy-l’Étoile.

À Marcy-l’Étoile, Sanofi prendra en charge les opérations de formulation, de remplissage (photo), d’inspection visuelle et de contrôles associés du vaccin de Janssen.
À Marcy-l’Étoile, Sanofi prendra en charge les opérations de formulation, de remplissage (photo), d’inspection visuelle et de contrôles associés du vaccin de Janssen. - Photo : Vincent Moncorge / Sanofi

Comment réagissent vos équipes à l'idée de fabriquer le vaccin d'un concurrent ?

A. D. : Avec beaucoup d'enthousiasme et de fierté. Fabriquer des vaccins est dans notre ADN, et les collaborateurs sont fiers d'apporter leur contribution à la lutte contre cette pandémie.

Sanofi annonçait en juin 2020 610 millions d’euros d’investissement dont 120 millions pour Marcy-l’Étoile. Où en sont les travaux d’agrandissement ?

A. D. : Un bâtiment innovant, 100 % digital, est en cours de construction, destiné à regrouper toutes les expertises R & D du site dans des conditions optimales pour chercher de nouveaux vaccins et optimiser les existants.

Alain Denis, directeur du site de Sanofi à Marcy-l'Étoile (Rhône).
Alain Denis, directeur du site de Sanofi à Marcy-l'Étoile (Rhône). — Photo : Vincent Mongorge

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail