Isère

Ressources humaines

Mare Nostrum se niche dans le pilotage de drone

Par Marie Paturel, le 18 mars 2019

Le groupe grenoblois d'intérim Mare Nostrum vise une introduction prochaine en Bourse. Il s'engouffre dans les nouveaux besoins de ses clients, essentiellement des PME dont il compte suivre la croissance en s'implantant davantage à l'international.

Femme sur une nacelle arborant un casque et un bleu de travail
Le groupe d'intérim Mare Nostrum, basé à Grenoble, affirme avoir enregistré une croissance de +23 % en 2017, au-dessus de celle du marché de l’intérim à + 11 %. — Photo : DR

Acteur du travail temporaire, du recrutement, de la formation et du portage salarial dédié aux PME, le groupe grenoblois Mare Nostrum (CA 2017 : 109 M€, 233 salariés) a un nouveau projet : une introduction prochaine en Bourse, sur le marché Euronext Growth dédié au financement des PME et ETI.

« Cette entrée en Bourse constituerait une belle vitrine pour nos clients, nos candidats, nos collaborateurs ou encore nos futurs talents », confie Nicolas Cuynat, PDG du groupe détenu depuis sa création par ses fondateurs et managers et totalement autofinancé.

Réduire la part du travail temporaire

En décembre 2018, Mare Nostrum avait procédé à l’émission d’obligations convertibles pour un montant global de 2,22 millions d’euros. « Nous avons envisagé d’autres solutions, comme une levée de fonds classique, mais l’exigence qu’impose une cotation en Bourse nous a semblé être l’option la plus pertinente pour tendre vers davantage de performance », confie-t-il.

Le projet d’introduction en Bourse correspond à la volonté de renforcer l’organisation et la croissance de l'entreprise. « Tout en élargissant nos capacités sur nos quatre pôles d’expertise que sont le travail temporaire, les cabinets de recrutement, les organismes de formation ainsi que le portage salarial et la mobilité professionnelle », précise Nicolas Cuynat. « Notre ambition est d’avoir un mix activités plus équilibré, afin de réduire la part du travail temporaire qui représente aujourd’hui plus de 90 % de notre chiffre d’affaires. »

Le groupe peut se targuer de 96 implantations en France et à l’international. Il est notamment déjà présent au Portugal, en Roumanie et en Pologne, et vise des implantations en Espagne et dans d’autres pays de l’Est.

Création d'un pôle dédié aux drones

Mare Nostrum se distingue par une croissance largement au-dessus de celle du marché (+23 % en 2017 pour le groupe, contre 11 % pour le marché de l’intérim). Un phénomène que son PDG explique par la capacité de l’entreprise à « répondre à des demandes très particulières, par exemple pour des qualifications liées à la haute montagne ou aux grands travaux » ou à « trouver des profils en pénurie ».

Depuis deux ans, le groupe a ainsi saisi au vol la trajectoire du secteur du drone, à travers un partenariat noué avec Delta Drone, dans le Rhône. « Nous avons créé ensemble un pôle unique en France qui dispose de son propre organisme de formation, d’une société de sécurité et d’une agence de travail temporaire spécialisée dans la délégation de pilotes de drones. Nous projetons de créer un campus, sur lequel le drone deviendra un service transversal, autrement dit où les métiers classiques se "droniseront" », ajoute Nicolas Cuynat. « Cet exemple incarne la dynamique solide de développement que nous avons créée depuis 15 ans et qui mêle innovation, valeur ajoutée et efficacité. »

Femme sur une nacelle arborant un casque et un bleu de travail
Le groupe d'intérim Mare Nostrum, basé à Grenoble, affirme avoir enregistré une croissance de +23 % en 2017, au-dessus de celle du marché de l’intérim à + 11 %. — Photo : DR

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.