Isère

High-tech

La start-up Drilllight ouvre son capital pour accélérer la commercialisation de son E-cone

Par Marie-Amélie Mine, le 13 novembre 2023

La pépite grenobloise Drilllight, qui développe un dispositif technologique intelligent pour améliorer la performance des sportifs, s’apprête à lever deux millions d’euros. Une étape stratégique pour permettre à la jeune pousse de produire à plus grande échelle et aborder le triple marché des sportifs de haut niveau, des loisirs et de la santé.

Morgan Melchilsen, fondateur de Drillight, a créé l’E-cone
Morgan Melchilsen, fondateur de Drillight, a créé l’E-cone — Photo : ©scalpfoto

Développer un dispositif cognitif pour permettre aux sportifs d’améliorer leurs performances, tel est le défi que Morgan Melchilsen, ancien joueur de hockey de haut niveau, a voulu relever en lançant Drilllight il y a tout juste trois ans. La pépite grenobloise, qui emploie une dizaine de personnes, développe depuis l’E-Cone, un objet positionné sur le terrain, capable de recueillir des informations physiques et d’apporter des données personnalisées, destinées à fournir une analyse fine des entraînements. Après avoir levé 2 millions depuis sa création, en love money et via une première levée de fonds auprès de business angels en février 2023, Drilllight prépare un second tour de table, qui devrait être bouclé en avril 2024. "Nous avons déjà de bons contacts auprès de fonds d’investissement et de business angels. Nous avons un objectif de 2 millions d’euros", explique Morgan Melchilsen, dont l’entreprise a par ailleurs reçu le soutien financier de Bpifrance.

Accélérer la commercialisation de l’E-cone

Ce nouveau tour de table est indispensable pour permettre à la start-up de commercialiser à plus grande échelle son dispositif, dont elle a déjà vendu une centaine d’exemplaires depuis l’été dernier. "L’E-cone est vendu 380 euros hors taxe à l’unité et nous proposons un pack de 4 dispositifs pour 1 280 euros ainsi qu’un système d’abonnement notamment pour accéder à notre bibliothèque d’exercices", avance le fondateur. Plusieurs clubs sportifs de la région grenobloise ont déjà acquis l’E-cone, dont le club de rugby FCG, l’équipe de hockey de Grenoble les Brûleurs de loups, ou celle de foot de la capitale des Alpes.

"Notre site internet est terminé et les E-cones peuvent y être commandés ou précommandés", poursuit Morgan Melchilsen. Avantage du dispositif : il adresse un marché beaucoup plus large que celui des sportifs de haut niveau. Ainsi, le marché du sport de loisirs est également intéressé par l’E-cone. Drilllight vient d’ailleurs de signer un contrat avec l’UCPA et une salle de sport grenobloise. Autre débouchée à haut potentiel pour la start-up, le marché de la santé : les cliniques, les centres de santé et les Ehpad pourront en effet utiliser le dispositif pour rééduquer ou entretenir physiquement leurs patients.

Concurrence aux États-Unis et en Israël

Certes, il existe déjà des dispositifs du même type sur le marché et notamment aux États-Unis et en Israël : "s’il n’y avait pas de concurrence, cela signifierait qu’il n’y a pas de marché", justifie Morgan Melchilsen, qui affirme par ailleurs que l’E-cone se démarque par davantage de fonctionnalités, et la possibilité de stocker des données. "Nous avons inventé un langage pour communiquer avec l’objet, qui possède aussi un accéléromètre et des capteurs infrarouges. Et nous comptons ajouter de l’intelligence artificielle pour le perfectionner", poursuit-il. Avec cette nouvelle levée de fonds, la pépite espère accélérer ses ventes et atteindre un chiffre d’affaires de 500 000 € en 2024 avec cinq recrutements prévus d’ici la fin de l’année prochaine.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition