Savoie

RSE

La coopérative SkiTEC se place en redressement judiciaire pour mieux rebondir

Par Marie-Amélie Mine, le 06 décembre 2023

La coopérative savoyarde, qui produit du mobilier et des abris vélo à partir de skis recyclés, s’est placée en redressement judiciaire, en raison de problèmes de trésorerie. Loin de s’avouer vaincue, la jeune entreprise a retravaillé le design de sa gamme de mobilier, et prépare une levée de fonds pour le printemps prochain.

SkiTEC fabrique du mobilier et des abris à vélos à partir de ski recyclés.
SkiTEC fabrique du mobilier et des abris à vélos à partir de ski recyclés. — Photo : SkiTEC

La coopérative savoyarde SkiTEC (4 salariés ; 70 000 € de CA), qui récupère des skis pour fabriquer du mobilier s’est placée en redressement judiciaire après avoir réalisé un premier semestre décevant, entraînant un passif de 40 000 euros. Si les ventes de la coopérative sont de nouveau en hausse depuis la rentrée de septembre, celle-ci a préféré se placer sous la protection du tribunal, le temps de pouvoir apurer ses dettes. "Nous sommes une jeune entreprise et comme pour beaucoup d’entre nous, ce qui compte c’est la trésorerie. Il suffit d’un ou deux mauvais mois ou de retards de paiement et nous passons dans le rouge. Nous commençons tout juste à être en phase avec le chiffre d’affaires que nous avions prévu", explique Émilie Vuillequez directrice générale de SkiTEC.

L’entreprise a également pris un peu de retard pour le repositionnement de sa gamme de mobilier, désormais plus personnalisée et plus haut de gamme. "Nous nous sommes rendu compte que les clients étaient prêts à payer plus pour acheter du made in France, original et design et avons donc décidé de nous repositionner", poursuit-elle. "Nous avons manqué de quelques mois, le temps de sortir cette gamme de mobilier revisitée", poursuit la dirigeante.

Une levée de fonds au printemps 2024

SkiTEC qui devrait réaliser cette année 90 000 euros de chiffre d’affaires, prépare par ailleurs une levée de fonds pour le second trimestre 2024. "L’idée de ce redressement judiciaire est aussi de se refaire une santé et de réduire nos coûts fixes, le temps que nous levions des fonds", explique encore Émilie Vuillequez. La coopérative, qui avait déjà levé 200 000 euros, espère ainsi réunir autour de 400 000 euros, auprès de fabricants d’articles de sport, de PME locales ayant une synergie avec SkiTEC, de collectivités locales et de family office. SkiTEC est déjà en pourparlers avec des investisseurs. "Notre situation est un peu atypique mais il est possible de préparer une levée de fonds tout en étant en redressement judiciaire", poursuit Émilie Vuillequez, dont l’entreprise est accompagnée par Auvergne Rhône Alpes Entreprise et le Réseau Entreprendre Savoie. L’objectif serait d’obtenir un accord de principe de la part des investisseurs avant la date de sortie de redressement, fixée à début mai par le tribunal de commerce de Chambéry.

15 000 planches de ski recyclées

Ce tour de table devrait permettre à SkiTEC d’accélérer le développement de ses nouveaux produits, et notamment les abris vélo - commercialisés depuis cette année- et les supports photovoltaïques. Des abris et meubles réalisés au sein de l’atelier de SkiTEC à Sainte-Hélène-du-Lac, où l’entreprise possède également ses bureaux, son showroom et un entrepôt où sont stockées 15 000 planches de ski ou surf en fin de vie. "Nous avons deux canaux de récupération des skis : les déchetteries et les rebuts de production ou invendus des fabricants", explique encore Émilie Vuillequez. Si la matière première est gratuite, sa transformation pour en faire du mobilier design et made in France est coûteuse. "Nous recevons une petite cotisation de l’éco-organisme des articles de sport et de loisirs mais elle ne couvre même pas le process pour retirer les fixations des skis", termine la dirigeante.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition