Haute-Loire

Industrie

Coronavirus : Fayolle lance un distributeur de gel en inox de grande capacité

Par Gilles Cayuela, le 19 mai 2020

À Yssingeaux, la chaudronnerie Fayolle vient de se lancer dans la fabrication d’un distributeur de gel hydroalcoolique grand format. Une nouvelle activité qui devrait lui permettre de compenser en partie la perte de chiffre d’affaires enregistrée depuis le début de la pandémie de Covid-19.

A droite, Yannick Gerphagnon, directeur du site Fayolle à Yssingeaux et initiateur du projet Distrigel.
A droite, Yannick Gerphagnon, directeur du site Fayolle à Yssingeaux et initiateur du projet Distrigel. — Photo : Fayolle

Spécialisée à l’origine dans la sous-traitance en tôlerie fine, l’entreprise alti-ligérienne Fayolle (25 salariés ; 3,4 M€ de CA) s’est lancée depuis 15 jours dans la fabrication d’un distributeur de gel hydroalcoolique en inox de grande capacité (5 litres).

« À l’origine, nous avons été contactés par la sous-préfecture qui nous a demandés si nous étions capables de leur fabriquer des bornes de distributeur de gel hydroalcoolique. Nous avons répondu par l’affirmative et nous leur avons développé un produit de grande capacité, muni d’une pédale pour éviter les contacts manuels. Dans la foulée, nous avons parlé de ce produit à nos clients qui se sont rapidement montrés intéressés », relate le dirigeant Jean-Marc Defour.

Depuis, la PME d’Yssingeaux a commercialisé une cinquantaine de « Distrigel » et entend bien surfer sur l’engouement suscité par ce produit qui, malgré tout, vient quelque peu contrarier la stratégie établie par Jean-Marc. « Notre métier, c’est la sous-traitance, nous n’avons pas vocation à développer des produits propres. Tout le monde pense que le produit propre c’est le Graal, mais il faut avoir les canaux de distribution pour », explique le dirigeant, qui se verrait bien confier la distribution de ce produit à un tiers.

« Nous sommes en contact avec des distributeurs. L’idée serait de ne conserver que la fabrication du Distrigel qui, il faut bien le reconnaître, vient compléter notre activité en perte de vitesse depuis le début de la crise sanitaire », développe Jean-Marc Defour.

« Limiter la casse »

Positionné sur une diversité de marchés allant des biens d’équipements au médical en passant par les machines spéciales, la pharmacie, l’automobile et l’aéronautique, Fayolle accuse depuis le début de la pandémie de Covid-19 un recul de 15 % de son chiffre d’affaires.

« Ce nouveau marché est tombé à point nommé. Il peut nous permettre de limiter un peu la casse. D’autant plus que l’an passé, nous avons fait un gros investissement dans un nouveau laser doté d’un système de transstockeur automatisé », confie le dirigeant. Un investissement de 1,3 million d’euros qui devait initialement permettre à Fayolle de poursuivre sa croissance. Mais avec les incertitudes économiques liées à la crise sanitaire et la crainte d’un « ralentissement fort de l’activité sur septembre et octobre », l’investissement d’hier pourrait bien obérer les résultats de demain.

Pour amortir le choc, Jean-Marc Defour a néanmoins assuré ses arrières en sollicitant un Prêt Garanti par l’État (PGE) de 500 000 €. « Cela devrait nous permettre de passer le creux de la vague. Après deux mois d’arrêt, les gros donneurs d’ordre reprennent peu à peu leur activité mais le temps que cela arrive jusqu’à nous sous-traitants, on risque d’avoir un creux à la rentrée », détaille le dirigeant. Et de conclure : « L’objectif sera de limiter le recours à ce PGE et si on peut s’en passer, on le fera, car le but n’est pas de s’endetter. »

A droite, Yannick Gerphagnon, directeur du site Fayolle à Yssingeaux et initiateur du projet Distrigel.
A droite, Yannick Gerphagnon, directeur du site Fayolle à Yssingeaux et initiateur du projet Distrigel. — Photo : Fayolle

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail