Ynsect lève 160 millions d’euros et se restructure
# Industrie # Innovation

Ynsect lève 160 millions d’euros et se restructure

S'abonner

Ynsect, le spécialiste français de la production d’ingrédients à base d’insectes, boucle un nouveau tour de table de 160 millions d’euros et recentre ses activités. Une restructuration qui s’accompagne de départs pour accéder plus rapidement à la rentabilité sur un marché en pleine expansion.

Ynsect produit dans la Somme des vers de farine pour l’alimentation animale et bientôt, humaine — Photo : Ynsect/Facebook

À Poulainville près d’Amiens (Somme), les premières colonies d’Ynsect sont désormais bien installées. Et la cadence de production d’alimentation à base de scarabées Molitor va accélérer. En coulisses, Ynsect, la start-up industrielle de production d’ingrédients à base d’insectes, poursuit sa structuration. En 2021, l’entreprise qui compte actuellement 360 salariés, a réalisé 17,8 millions d’euros de chiffre d’affaires mais accusé une perte de 36 millions d’euros. Pour trouver le chemin de la rentabilité, elle annonce "une levée de fonds de 160 millions d’euros lors d’une première étape de série D auprès d’investisseurs historiques et de nouveaux entrants", dont elle n’a pas dévoilé l’identité. Un second round prévoit de clôturer cette étape en fin d’année. Ayant son siège social à Evry (91), l’entreprise avait déjà levé 435 millions d’euros depuis sa création en 2011, en faisant appel à une vingtaine d’investisseurs, dont Demeter, Emertec, Bpifrance ou encore Upfront Ventures.

Suppressions de postes

En attendant un nouveau tour de table, la pépite de l’AgroTech française dirigée par Antoine Hubert doit se restructurer pour atteindre plus rapidement la profitabilité. Pour cela, elle reconfigure son site d’Ermelo aux Pays Bas, acquis en 2021 auprès de Protifarm. La production d’insectes y est stoppée, le site a vocation à devenir le centre R & D du groupe. Une trentaine de postes y est donc supprimé. En France, l’obligation de rationalisation implique la mise en place d’un plan de départs volontaires portant sur 38 postes, essentiellement sur des fonctions supports.

Parallèlement, Ynsect poursuit sa structuration industrielle. À Poulainville près d’Amiens, Ynfarm, présentée comme la plus grande usine verticale à insectes d’Europe, est désormais entrée en production. "Elle dépasse déjà de 25 % son objectif de production depuis son démarrage fin 2022. Une quarantaine de profils est toujours recherchée pour compléter l’équipe", détaille un porte-parole. D’une capacité de 100 000 tonnes d’ingrédients par an, le site devrait à terme produire 200 000 tonnes à la faveur d’une prochaine extension dont la date n’est pas encore fixée.

Un milliard de dollars de commandes en négociation

Pour atteindre la rentabilité au plus vite, il s’agit désormais d’honorer les 175 millions de dollars de contrat signés pour les trois prochaines années. Et la montée en puissance pourrait être rapide à en croire le milliard de dollars de commandes actuellement en négociation.

Pour y parvenir, Ynsect annonce "se recentrer sur des marchés à plus forte valeur ajoutée comme la nutrition humaine, celle des animaux de compagnie et des plantes". Est ainsi mise au second plan la nutrition animale pour les élevages (poulet, porc, poisson), un marché plutôt de volume.

Pour déployer sa stratégie et son activité dans le monde, outre son site amiénois, Ynsect s’appuiera évidemment sur son site historique de Dole (Jura), d’Ermelo (Pays Bas) et d’Omaha (Nebraska, USA),- racheté à Jord Producers, l’un des plus grands producteurs américains de vers de farine en 2021 - mais également sur des JVs et des accords de licences avec des partenaires locaux de premier plan. Un process déjà testé avec des partenaires industriels aux États-Unis (Ardent Mills) et au Mexique (Corporativo Kosmos) pour étudier la possibilité de construire des fermes localement.

Amiens Nord # Industrie # Agroalimentaire # Innovation # Levée de fonds