L’isérois Samse sur le point de racheter l’activité négoce du vendéen Herige
# Commerce # Fusion-acquisition

L’isérois Samse sur le point de racheter l’activité négoce du vendéen Herige

S'abonner

Le groupe grenoblois Samse est entré en négociations exclusives avec l’ETI familiale vendéenne Herige, dans le but d’acquérir sa branche négoce. Un rachat qui lui permettrait de récupérer plus de 1 000 salariés.

Stock de bois de VM Matériaux en Vendée. La branche négoce d’Herige comprend 79 points de vente dans l’Ouest de la France — Photo : Charles Marion

Une page est en train de se tourner pour Herige. Le groupe familial vendéen est sur le point de se séparer de l’une de ses trois activités. Herige est en effet entré en discussion avec le groupe isérois Samse dans ce but.

Les négociations portent sur le rachat des activités négoce de matériaux de construction de l’ETI vendéenne. À travers 79 points de vente positionnés dans l’Ouest de la France, Herige distribue des matériaux aussi bien pour les professionnels que pour les particuliers. Le groupe vendéen le fait à travers trois enseignes : VM Matériaux (qui était aussi le nom du groupe jusqu’en 2015), LNTP (vente de matériaux pour les travaux publics) et Cominex (distribution de pierres naturelles).

Cette activité emploie 1 155 salariés et devrait réaliser, en 2023, 383 millions d’euros de chiffre d’affaires. L’activité négoce du groupe dégageait l’an passé 16 millions d’euros de résultat d’exploitation.

Soumise au feu vert de l’Autorité de la concurrence, cette opération entre deux entreprises familiales centenaires, membres du même groupement d’achats (MCD), doit se finaliser au printemps 2024.

Samse conforte sa position de numéro 2 français du négoce

Si elle se réalise, cette acquisition permettrait au groupe Samse de conforter sa place de numéro deux français du négoce de matériaux, derrière Point P et son millier de points de vente. Le groupe grenoblois emploie à ce jour 6 400 salariés pour 1,9 milliard d’euros de chiffre d’affaires et 98 millions d'euros de résultat net en 2022. Il dispose de 350 points de vente arborant 23 enseignes (Samse, Careo, Ménéo…), la plupart situés dans la moitié Est de la France. L’opération lui permettrait de compléter son maillage géographique en prenant pied dans neuf nouveaux départements. Ayant signé en octobre l’acquisition du francilien Gemoise, le groupe dirigé par Olivier Malfait et Laurent Chameroy disposerait ainsi de 430 points de vente dans 64 départements.

Herige veut accélérer le développement d’Edycem et d’Atlantem

Avec ce projet de cession, Herige (3 000 salariés) se séparerait d’un tiers de ses effectifs et de près de la moitié de son chiffre d’affaires (793 M€ en 2022, pour 22 M€ de résultat net). L’opération le désendetterait d’environ 120 millions d’euros et lui permettrait de réaliser une plus-value de cession d’environ 24 millions d’euros.

"Ce projet permet à Herige de se concentrer sur sa stratégie de développement industriel dans une dynamique de déploiement d’actions tournées vers la RSE et l’innovation", explique dans un communiqué Benoît Hennaut, président du directoire du groupe familial basé à L’Herbergement.

Le groupe compte se concentrer sur ses deux autres activités. La première, c’est la production de béton, à travers sa branche Edycem. Une activité, renforcée en 2022 par le rachat d'Audoin et Fils Béton, que le groupe veut rendre "plus durable". Il ambitionne ainsi de commercialiser 90 % de béton à "empreinte carbone réduite" d’ici à 2030.

Seconde activité d’Herige : la menuiserie industrielle, autour d’Atlantem, qui fabrique des volets, des portes et des portails. Pour cette branche, Herige a procédé ces derniers mois à plusieurs acquisitions, à l’instar d’Activence, Poralu, Coferm’ing et MGT. Un mouvement qui ne devrait pas s’arrêter de sitôt. Voulant faire d’Atlantem, un "acteur industriel de référence", Benoît Hennaut nous annonçait en octobre vouloir opérer de nouvelles opérations de croissance externe.

Vendée Grenoble # Commerce # Industrie # Bâtiment # Fusion-acquisition # Made in France # ETI