Savoie
Les skis Lacroix Sports se diversifient dans le golf et le nautisme
Savoie # Industrie # Reprise

Les skis Lacroix Sports se diversifient dans le golf et le nautisme

S'abonner

Tombée ces dernières années dans les oubliettes, la marque iconique de ski Lacroix Sports pourrait bien faire son "revival". C’est, en tout cas, le pari de Günther Doll et Damien Bodoy, qui ont repris l’entreprise savoyarde en 2022 et qui vont attaquer leur première saison avec de grandes ambitions.

Günther Doll et Damien Bodoy ont repris Lacroix Sports en milieu d’année 2022 — Photo : Gilles Cayuela

Réveiller "une belle endormie". Tel est le projet de Günther Doll et Damien Bodoy, qui ont racheté mi-2022, avec l’appui d’un pôle d’investisseurs "friends and Familly", la marque iconique de ski Lacroix Sports. Fondée en 1967 par le skieur jurassien, membre de l’équipe de France et médaillé olympique, Léo Lacroix, marque historiquement basée à Albertville était tombée ces dernières années dans l’oubli.

"Quand nous avons repris Lacroix Sports, l’entreprise était en plan de sauvegarde au tribunal de commerce de Chambéry. Il n’y avait plus de salarié et l’entreprise ne faisait plus de chiffre d’affaires. Nous avons aidé l’ancien actionnaire, Jean-Philippe Caille d’Idealp Sport, à écrire un plan de sortie, en lui proposant à la fin de racheter la marque", relate Günther Doll, ancien skieur de haut niveau passé par la direction marketing d’Oxbow et Mercedes.

44 boutiques de montagne pour redémarrer

iAprès avoir récupéré 500 000 euros de trésorerie en écoulant une partie du stock d’invendus, en prenant une boutique au sein du village de marque lyonnais The Village, les deux associés - qui seront bientôt rejoints par un troisième, "professionnel du web" - ont relancé courant 2022 la production dans une usine italienne et réactivé le réseau de distribution de la marque.

"Nous redémarrons avec un réseau de 44 boutiques en montagne, dont des skis shop d’hôtels, et avec une présence dans trois magasins multimarques à Lyon. L’objectif à terme est de rouvrir sous deux ans une boutique en propre à Courchevel et peut être aussi d’être présents dans des boutiques à Paris", précise Damien Bodoy, ancien banquier d’affaires passé par Indosuez et Lazard.

International et diversification

Les deux associés misent surtout sur un redéploiement de la marque à l’international. En ligne de mire, les pays de l’arc alpin que sont la Pologne, la Slovaquie, le République tchèque, l’Italie, la Croatie, l’Autriche et la Suisse. "On vise aussi les grands marchés du ski que sont les États-Unis, la Corée et le Japon", précise Damien Bodoy, qui annonce la prévente de 900 paires de ski sur cette première saison. "Nous avons des commandes en Italie pour des clients tchèques et slovaques. Cela représente déjà 20 % de notre chiffre d’affaires, qui devrait se situer entre 1,2 et 1,3 million d’euros cette année", précise le dirigeant. Il ajoute :

"À horizon 3 ans, Lacroix Sports vise les 6 millions d’euros de chiffre d’affaires dont 50 % réalisés à l’international et 50 % hors ski".

Parmi les recettes hors ski, il y a le textile, que les deux associés viennent de relancer, après un an d’arrêt de la production. Lacroix Sports vise aussi des diversifications dans le golf et le nautisme. Des univers "où la clientèle est la même que celles que nous avons sur le ski", précise Günther Doll.

Positionné sur le segment du "petit jeu" sur le golf avec le lancement en juin d’une série de trois putters, fabriqués en Bretagne, et le projet de lancer une gamme textile dès le printemps prochain, Lacroix Sports fera prochainement son entrée dans le nautisme avec le lancement d’un e-foil. "Nous allons lancer une planche de surf électrique, 100 % carbone, dotée d’un moteur avec une batterie puissante qui peut atteindre les 25 km/h", précise Günther Doll. De quoi donner aux futurs utilisateurs la sensation de voler sur l’eau et à Lacroix Sports de prendre son envol.

Savoie # Industrie # Reprise # Sport # Made in France # PME