Lannion
Le champion de l’internet des objets Actility devrait atteindre la rentabilité en 2025
Lannion # Edition de logiciels # Levée de fonds

Le champion de l’internet des objets Actility devrait atteindre la rentabilité en 2025

S'abonner

Actility va procéder à une nouvelle levée de fonds, plus petite que la précédente qui lui avait permis de réunir 75 millions de dollars en 2017, afin de le mener jusqu’en 2025. À cette date, l’entreprise costarmoricaine qui conçoit des réseaux bas débit pour les objets connectés pense atteindre la rentabilité. De nouveaux marchés s’offrent à elle après l’acquisition en août du rennais Acklio.

L’équipe dirigeante d’Actility (de gauche à droite) se compose de Richard Le Piouffle, directeur financier, Pedro Da Silva, vice-président des opérations, Olivier Hersent, président, et Nicolas Jordan, directeur des opérations — Photo : DR

Le spécialiste des réseaux pour l’internet des objets Actility (11,8 M€ de CA en 2022, 120 salariés) suit un parcours qui peut sembler singulier pour une entreprise basée dans les Côtes-d’Armor mais qui, pourtant, est assez linéaire pour une jeune structure portant une technologie innovante. Même si l’une des étapes importantes de son histoire, le stade de la rentabilité, intervient sans doute plus tard que ne l’avait espéré son co-créateur, président du conseil d’administration et directeur général, Olivier Hersent. "Nous allons procéder à une petite levée de fonds à la fin de l’année pour nous mener jusqu’à la rentabilité, qui interviendra début 2025, en finançant nos coûts fixes et en assurant notre fonds de roulement", annonce le dirigeant, sans dévoiler le montant de l’opération.

Parmi ces coûts, figure notamment la présence d’équipes de l’entreprise à l’international, où Actility réalise les 3/4 de son activité, principalement en Europe. L’entreprise, qui a co-développé le protocole LoRaWAN, qui permet la connexion bas débit à internet des objets connectés, possède également des collaborateurs en Nouvelle-Zélande, aux États-Unis, en Asie et accompagne de gros opérateurs comme Orange ou Swisscom à l’international. "On a des équipes dans beaucoup de pays pour le suivi mais elles n’auront pas à grossir proportionnellement à l’augmentation du chiffre d'affaires", assure le chef d’entreprise.

La croissance s’accélère

Actility prévoit un chiffre d’affaires de 15 millions d'euros en 2023 et la croissance s’accélère. "Le nombre d’appareils connectés augmente de 70 % chaque année et le nombre d’antennes de 50 %", savoure Olivier Hersent. Avec cette multiplication des objets connectés, est venu également le temps des consolidations. En 2017, Actility avait acquis Abeeway (Alpes-Maritimes), leader des trackers basse consommation, dont l’entreprise lannionnaise écoule 200 000 exemplaires par an, ce qui représente une hausse de 30 %.

Actility espère que le rachat à la barre du tribunal du rennais Acklio, en août dernier, sera aussi fructueux. "Nous connaissions très bien l’entreprise, qui a développé le protocole SCHC sur LoRaWAN", reprend Olivier Hersent. Cette technologie qui assure la compatibilité entre LoRaWAN et les protocoles IP (internet), ouvre à Actility le marché des compteurs (électricité, eau, gaz…) connectés. Des projets en Italie, Côte d’Ivoire et Thaïlande sont déjà lancés. Mais le SCHC permet également une utilisation dans le domaine de la recharge des voitures (badges, mesures du débit de l’électricité…), par exemple dans les sous-sols des immeubles où les réseaux habituels passent mal. Et dans celui des bâtiments connectés (ou smart building). Deux domaines où Actility a pour ambition de développer sa technologie en collaboration avec des opérateurs comme les sociétés de bornes de recharges électriques.

Autre opportunité de croissance pour la PME, les segments pétroliers et chimiques. "Nous venons d’obtenir la certification Atmosphère Explosive pour un de nos produits et plusieurs autres devraient suivre", annonce le dirigeant. "C’est un marché qui fait saliver car les prix de vente sont quatre fois plus élevés que celui des produits standards."

90 millions d'euros levés depuis 2010

La PME créée en 2010 a déjà levé beaucoup d’argent, 90 millions d’euros au total en trois opérations, la dernière, en avril 2017, s’étant élevée à 75 millions de dollars. Creadev, le fonds d’investissement de la famille Mulliez (Auchan), Bosch, Inmarsat… entraient alors au capital de la société basée à Lannion. Les mêmes vont participer à la nouvelle levée de fonds. Le capital d’Actility compte également Bpifrance et de nombreux fonds d’investissement.

Mais malgré la confiance de ces gros investisseurs et acteurs industriels, la vie de la PME, qui possède des équipes à Paris, Lannion, Caen (Calvados), Sophia Antipolis (Alpes-Maritimes) et Rennes (Ille-et-Vilaine), n’a pas été un long fleuve tranquille. À l’image de son marché de l’internet des objets (IoT). "L’IoT a vécu une bulle en 2008 - 2010 puis a connu une chute, qu’on appelle parfois vallée de désespérance ou dead horse. Et puis la technologie est revenue avec de vrais clients et une croissance forte et régulière, ce que nous vivons aujourd’hui", explique Olivier Hersent.

Une période qui continue à appeler des mouvements de concentration. "Nous sommes en dialogue actif avec des acteurs du secteur pour envisager des synergies géographiques, de produits ou de positionnement, nous qui sommes plutôt tournés vers les industriels, nous pourrions être intéressés par une entreprise plus positionnée vers les consommateurs", confie encore un chef d’entreprise cependant pragmatique. "Nous sommes une boîte d’ingénieurs, encore petite. Je sais très bien que de plus grosses entreprises nous regardent avec la même envie de consolidation."

Lannion # Edition de logiciels # Levée de fonds # PME
Fiche entreprise
Retrouvez toutes les informations sur l’entreprise ACTILITY