Moselle
La start-up mosellane Hekatech accélère pour se déployer à Paris
Moselle # Santé # Start-up

La start-up mosellane Hekatech accélère pour se déployer à Paris

S'abonner

Productrice de panneaux connectés pour le marché de la santé, la start-up mosellane Hekatech pousse les frontières de la région pour se déployer à Paris et dans toute la France. Tout en continuant de fabriquer en France, Hekatech souhaite augmenter sa production et poursuivre la recherche pour développer des innovations.

Frédéric Leybold a constitué Hekatech en entreprise en septembre 2022, avec trois associés — Photo : Hekatech

En juillet 2023, la start-up mosellane Hekatech (CA 2023 : 75 000 €, 2 salariés) lance sa production avec 200 géocœurs, des panneaux connectés placés au-dessus des défibrillateurs pour accélérer la prise en charge des victimes d’arrêts cardiaques. "Les géocœurs ont été installés essentiellement en Moselle, même si nous commençons à dépasser les frontières du Grand Est", lance Frédéric Leybold, l’inventeur de la technologie et le dirigeant de la start-up fondée en septembre 2022.

"Nous avons déjà installé des premiers géocœurs à Paris. Nous sommes en cours de discussion avec la mairie de Paris pour équiper une trentaine de sites, notamment dans le 1er et le 7e arrondissement, où il y aura des évènements liés aux JO", annonce le dirigeant.

Tripler la production

Pour assumer son objectif de déploiement, la start-up souhaite tripler sa production, en atteignant les 600 géocœurs commercialisés en 2024. "Nous souhaitons nous déployer pour protéger un maximum de personnes. Les pompiers de Paris estiment que le géocœur permet de gagner trois minutes sur la pose du défibrillateur. En zone rurale, c’est plutôt de l’ordre de 5 à 6 minutes", précise Frédéric Leybold, qui exerce également en tant qu’infirmier sapeur-pompier. Les géocœurs sont connectés aux services de secours, qui sont partenaires de la technologie. Lorsqu’une personne est en situation d’arrêt cardiaque, les pompiers peuvent déclencher le géocœur. Un signal sonore et une voix sont alors produits par le boîtier. Les passants sont invités à scanner un QR code sur le boîtier géocœur, qui les redirige sur un intranet géolocalisant la personne en danger. Objectif, lui apporter le géocœur le plus rapidement possible.

Mais, si l’entreprise veut tripler, ce sera en continuant d’être fabriqué en France. Actuellement, le montage est réalisé par un technicien dans l’atelier de l’entreprise, situé à Hettange-Grande près de Thionville. C’est là que sont réceptionnés les QR Code, produits chez un imprimeur local, les boîtiers plastiques, qui viennent d’Eure-et-Loir, une partie de l’électronique produite en Moselle et le reste des composants, en provenance d’Asie.

Deux autres leviers

Forte de 130 000 € d’aides de la région pour son lancement et son développement, de 30 000 € de la bourse de la French Tech Est et de plusieurs prêts, la start-up incubée par The Loop à Metz a pu financer son passage à la production et réaliser 75 000 € de chiffre d’affaires en 2023. Hekatech vise les 400 000 € de chiffre d’affaires en 2024. Pour développer sa technologie et se déployer, elle va continuer la recherche. "Nous espérons des innovations en termes de services pour 2024". En parallèle, elle va poursuivre la commercialisation de son produit, auprès des communautés de communes et auprès des entreprises à qui elle propose deux offres pour son géocœur : 750 € HT avec un abonnement de 50 € par an ou 1 000 € HT, tout compris. "Pour l’instant, ça reste plus timide dans le monde de l’entreprise", reconnaît Frédéric Leybold. Pour autant, "cela peut être un levier RSE", fait-il valoir.

Moselle # Santé # Start-up # Stratégie # Innovation