Montpellier
"Avec 24,8 millions de vues sur Tik Tok, j’ai rendu visible le métier d’oculariste"
Témoignage Montpellier # Santé # Marketing-communication

"Avec 24,8 millions de vues sur Tik Tok, j’ai rendu visible le métier d’oculariste"

S'abonner

Cogérante du groupe familial montpelliérain Laboratoire Villanova, Josépha Villanova bouscule les codes en postant des vidéos à succès sur TikTok et Instagram. Elle y fait connaître son métier d’oculariste et, indirectement, son entreprise.

Josépha Villanova est oculariste et cogérante du groupe familial, qui compte 32 collaborateurs — Photo : Villanova Ocularistes

Josépha Villanova est une tiktokeuse de 23 ans. Depuis un an, elle est aussi cogérante de l’entreprise familiale Laboratoire Villanova aux côtés de sa sœur Victoria. Le record pour l’une de ses vidéos est de presque 25 millions de vues sur TikTok, un chiffre considérable, d’autant plus remarquable que le sujet n’a rien d’attirant a priori : Josépha Villanova y présente une facette de son métier d’oculariste, ou prothésiste oculaire. Ils ne sont qu’une trentaine en France à pratiquer cette profession, dont une dizaine au sein de son groupe. Villanova Ocularistes, de son nom commercial, compte 32 salariés répartis dans cinq cabinets régionaux à Montpellier, Toulouse, Bordeaux, Marseille et Paris (pour 2,5 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2023).

Le déclic du confinement

Ce succès sur les réseaux sociaux n’avait rien de prémédité. "C’était en 2020, pendant le confinement. Nous profitions de ce temps, avec mon père, pour mettre en ordre le laboratoire de Montpellier. Je venais d’installer TikTok depuis quinze jours et j’ai commencé à filmer pour présenter notre métier atypique. Je voulais le montrer à mes amis, j’avais dix abonnés", se remémore Josépha Villanova. Un fond musical, un montage dynamique, un sourire… et une surprise : ces vidéos ont généré un million de vues le jour même, auxquels se sont ajoutés les milliers de commentaires et de questions qu’elles ont suscités.

Réduire le manque d’informations

La perte d’un œil représente un handicap physique, mais aussi une douleur intime, souvent taboue. Peu d’informations circulent sur le sujet. Josépha Villanova est venue compenser cette lacune, devenant une référente, avec 446 000 abonnés sur TikTok et près de 40 000 sur Instagram. Elle n’a pas eu à affronter de concurrence, puisque "beaucoup d’ocularistes sont d’une génération plus ancienne", donc inexistants sur les réseaux sociaux.

Une fonction rassurante

Les premières productions de Josépha Villanova avaient pour but de présenter ce métier invisible. Elles attiraient le public par leurs images étonnantes, notamment en affichant sans filtre les interventions sur les patients. Assez vite, l’approche a évolué, pour s’adresser aux futurs patients. "Cela leur rend service, les rassure. Ils découvrent en amont ce qui va se passer dans le cabinet", estime Josépha Villanova. Cela compte notamment pour les enfants. La jeune femme donne également des conseils d’entretien pour les personnes qui portent une prothèse.

Un impact réel mais non quantifiable

L’impact de ces vidéos n’est pas quantifiable. D’autant qu’il s’agit d’une initiative de Josépha Villanova en son nom, et non celui de l’entreprise, qui n’a pas le droit de faire de publicité compte tenu de son domaine d’activité. Cette démarche n’est pas intégrée dans un programme marketing planifié. Les retours sont toutefois réels : des patients disent solliciter Villanova Ocularistes parce qu’ils ont découvert l’activité de l’entreprise à travers ces vidéos. Parmi eux, certains voisins européens ont fait le voyage : certains sont même venus d’Ukraine ou de Géorgie.

Josépha Villanova poste désormais une vidéo tous les deux mois. On est loin des influenceuses connectées en continu. "Je sais que je suis devenue un personnage puisque je montre des éléments de ma vie, mais je fais attention. J’ai mon métier", insiste la dirigeante, et cela reste sa priorité.

La troisième génération aux commandes

Josépha Villanova représente la troisième génération de cette entreprise familiale. Elle s’est formée auprès de ses parents, tout comme son père, Stéphane, l’avait fait auprès des siens, Alain et Évelyne Villanova, créateurs de la société à Toulouse en 1962. C’est son père qui a progressivement élargi les implantations du Laboratoire Villanova.

Création d’une nouvelle entité

Présent depuis dix ans à Paris, le groupe a doublé sa production de prothèses en vingt ans (à 3 000 par an). La croissance du chiffre d’affaires n’a pas suivi le même rythme car les tarifs, fixés par la Sécurité sociale, n’ont pas été revus depuis vingt-cinq ans, malgré l’inflation. Le groupe compte trois filiales régionales (Paris, Montpellier, Bordeaux) et une nouvelle entité, Villanova Epithèse, dédiée à l’activité de prothèses faciales.

Montpellier # Santé # Marketing-communication
Fiche entreprise
Retrouvez toutes les informations sur l’entreprise LABORATOIRE VILLANOVA