Maine-et-Loire
430 entreprises partenaires du festival Estival de Trélazé
Maine-et-Loire # Événementiel # Ressources humaines

430 entreprises partenaires du festival Estival de Trélazé

S'abonner

Avec plus de 200 000 spectateurs chaque année, le festival musical et culturel Estival de Trélazé, qui s'achève ce samedi, est l'un des plus importants de France. Autour de lui s'est structuré un club de partenaires fort de 430 entreprises.

Deux tribunes de 500 places sont réservées aux entreprises partenaires, qui financent aux deux tiers le festival de Trélazé (1,2 M€ en 2018) — Photo : Hugues Falaise - Hélidrone Ouest

Le festival Estival de Trélazé, dans le Maine-et-Loire, a accueilli 220 000 spectateurs en 2017. Il est financé en majeure partie par des entreprises locales partenaires regroupées au sein d’un club devenu un véritable réseau business.

Cette année, le budget du 23e festival, qui aura lieu du 23 juin au 1er septembre 2018, s’élève à 1,8 M€. Si la Ville de Trélazé investit 600 000 euros dans l'organisation, les 1,2 M€ restants sont apportés par 430 entreprises partenaires : PME, TPE ou groupes, très majoritairement du département. Ce qui permet au festival de proposer de fin juin à fin août 19 spectacles gratuits, de Bernard Lavilliers à IAM en passant par Christophe Willem ou Nina Hagen. Charles Aznavour y était même l’une des têtes d’affiches en 2016.

Un club pour les entreprises

« Sans les entreprises, nous ne pourrions pas avoir de tels artistes sur scène, confie Marc Goua, le maire de Trélazé. Nous avons créé pour elles des packs d’adhésion différents, de 1 500 à 10 000 € ou au-delà mais il n’y a pas pour nous de petits partenaires, et nous avons voulu bâtir autour du festival un véritable club, avec des rendez-vous réguliers. »

« Les entreprises nous soutiennent. Donc, en retour, la Ville les aide dans leur recrutement. »

Ce club partenaires, créé en 2010, a même recruté une responsable à temps plein, chargée de le développer et de l’animer avec des rendez-vous au moins mensuels : business meetings, soirées-spectacles, matinales avec conférences, visites, invitation à des vernissages ou à des événements sportifs…

Elargir son réseau

« Nous sommes partenaires de plusieurs manifestations, et c’est notre rôle d’être présents et actifs sur le territoire, estime Laurent-Emmanuel Dieu, directeur général de TPPL, qui emploie 400 collaborateurs en Pays de la Loire et en région Centre, dans le secteur des travaux publics. Cela apporte une visibilité à l’entreprise. Les rendez-vous du club permettent d’échanger avec d’autres entreprises de différents secteurs, de rencontrer des clients potentiels, d’inviter aussi aux spectacles des partenaires ou des collaborateurs. »

Missing élément de contenu.

Sylvie Picouleau, directrice de l’agence d’intérim Artus à Angers, fait partie du club depuis trois ans et participe à hauteur de 2 000 € : « Aider à proposer des spectacles gratuits est pour moi quelque chose d’important et il ne faut pas calculer en prix de revient. Mais j’ai pu nouer des liens avec de nouveaux clients, j’ai élargi mon réseau et l’agence a gagné en notoriété. » Autre avantage : la loi autorise les entreprises à déduire 60 % de la somme versée au club partenaires sur les bénéfices.

Trouver des candidats à recruter

Particularité également du club partenaires, la volonté de favoriser l’emploi : « Les entreprises nous aident, explique Marc Goua, donc en retour la Ville les aide dans leur recrutement. Nous les rapprochons des demandeurs d’emploi en fonction de leurs besoins. Nous en sommes à 470 emplois pourvus en un an et demi, dont 37 % de CDI et 35 % de CDD de plus de six mois. »

D’année en année, le nombre d’adhérents au club partenaires augmente, avec un très faible turn-over. Marc Goua, lui, continue de nourrir un rêve : faire venir un jour au festival le groupe irlandais U2. Le budget actuel de la manifestation ne le permet évidemment pas… Mais sait-on jamais ?

Maine-et-Loire # Événementiel # Ressources humaines