Fabrication de meubles

ETI

Schmidt Groupe investit pour être prêt pour la reprise

Par Charlotte de Saintignon, le 17 janvier 2024

Le concepteur et fabricant de mobilier familial haut-rhinois Schmidt Groupe veut accroître ses parts de marché dans le secteur de l’aménagement de la maison et accélérer sa stratégie RSE. Tout en continuant sa politique d’investissements avec un programme de 150 millions d’euros sur trois ans.

Anne Leitzgen, présidente, et Laurent Blum, directeur général de Schmidt Groupe, veulent poursuivre leur logique d’expansion.
Anne Leitzgen, présidente, et Laurent Blum, directeur général de Schmidt Groupe, veulent poursuivre leur logique d’expansion. — Photo : Schmidt Groupe

"Nous nous sentons solides et résilients malgré le contexte, affirme Laurent Blum, directeur général de Schmidt Groupe. Nous avons prouvé que notre leadership pouvait faire face aux vents contraires. Nous serons plus que prêts quand le marché réaccélérera". En attendant, le groupe alsacien d’ameublement se prépare en continuant à investir avec un programme de 150 millions d’euros sur trois ans. Dans le détail, 80 millions d’euros concernent la nouvelle usine U3B de 18 000 m² à Sélestat dans le Bas-Rhin dédiée à l’activité aménagement de la maison. En cours de construction, sa mise en production se fera progressivement à partir du premier trimestre 2025. Objectif : doubler sa capacité sur ce marché qui représente pour l’heure 10 % du chiffre d’affaires du groupe. Son ambition étant de le porter à 20 % d’ici à 2030. Outre cet investissement productif, 10 millions d’euros sont consacrés à l’aménagement des espaces de travail en co-construction avec les équipes pour créer "des espaces de bureaux inspirants" d’ici 2025-2026 en son siège à Lièpvre (Haut-Rhin).

5 à 6 % de croissance par an

Des investissements rendus possibles par les résultats de l’entreprise : en 2023, elle a réalisé un chiffre d’affaires fabricant de 668 millions d’euros (contre 670 millions d’euros l’an dernier). Soit 23 % au-dessus de 2019 et une croissance de 5 à 6 % par an ces quatre dernières années. "Nous sommes étales dans un contexte adverse", reconnaît Laurent Blum. Le groupe peut s’enorgueillir de détenir 20 % de parts de marché, même si "tout le marché n’est pas audité avec précision", précise le directeur général.

Outre le digital sur lequel elle compte bien accélérer, l’ETI de 1 900 collaborateurs suit également "une logique d’expansion très forte". Après avoir ouvert plus de 80 magasins cette année – "un record absolu" –, le groupe, qui s’appuie sur un réseau de distributeurs exclusifs de plus de 900 magasins, dont 200 à l’international, pour un chiffre d’affaires retail de 1,7 milliard d’euros, projette d’en ouvrir une quarantaine cette année.

En termes d’implantation, le groupe pousse ses magasins vers les centres-villes avec de nouveaux formats plus petits de 50 à 150 m². Un développement rendu possible par le digital : "Nos magasins ont un fonctionnement omnicanal et un mode opératoire beaucoup plus phygital", justifie le directeur général. Autre axe de développement, le B to B avec le lancement de la marque ID Pro fin 2023, avec l’ambition de compter, d’ici à 2030, plus de 60 distributeurs sur ce créneau et de tabler un chiffre d’affaires de 100 millions d’euros.

Certifiée B Corp

Des expansions et des innovations qui se font sur le socle de l’éco-responsabilité, socle sur lequel le groupe veut accélérer fortement. En se dotant notamment d’une nouvelle raison d’être : "Inspiring living spaces for a sustainable living", soit créer des espaces de vie durables, inspirants et inspirés. "Nous souhaitons être une entreprise meilleure pour le monde, meilleure pour chacun, respectueuse de la planète et de ses habitants" souligne Anne Leitzgen, petite-fille du fondateur Hubert Schmidt et actuelle présidente du groupe. Parmi les initiatives pionnières prises sur le sujet, la sélection de produits d’électroménager "engagés", à plus faible consommation, des solutions écoresponsables comme un légumier pour se passer du réfrigérateur, ou encore un test de cuisines éco-circulaires reconditionnées en partenariat avec des bailleurs sociaux. "Au-delà des notions de B to B ou de B to C, notre business est du human to human", ajoute la présidente du groupe. En atteste sa récente certification B Corp en novembre 2023. "C’est une grande fierté car cela couronne nos efforts tout en continuant à nous challenger", se félicite-t-elle.

Partenariat avec le WWF

Détentrice depuis 2016 du label "Relations fournisseur responsables", l’entreprise industrielle, qui sélectionne ses fournisseurs dans un rayon proche de ses sept sites de production alsaciens et allemand et réalise son deuxième bilan carbone de scop 3, qui intègre toute la chaîne de valeur, commence à mesurer l’impact carbone de ses décisions. "On apprend en marchant", consent Anne Leitzgen. Pour l’accompagner, elle a noué un partenariat avec le WWF, "un partenaire neutre et engagé" qui lui suggère des améliorations, notamment en matière de transport ou d’énergie. "C’est assez vertueux car cela nous pousse à être meilleurs". L’ambition de l’entreprise étant d'"impacter la filière et de l’entraîner vers une démarche positive", conclut-elle.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition